La contraception est définie par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) comme "l'utilisation d'agents, de dispositifs, de méthodes ou de procédures pour diminuer la probabilité de conception ou l'éviter."

Les méthodes de contraception médicale par voie générale sont des médicaments concernant uniquement la femme. Ce sont des substances à activité hormonale de type oestrogène ou progestatif qui agissent par voie générale. Elles peuvent être administrées par voie orale, cutanée, sous-cutanée, intramusculaire, ou génitale. Leur durée d'action est variable avec une prise quotidienne pour la forme orale, un changement hebdomadaire pour le timbre et mensuel pour l'anneau, l'administration est trimestrielle pour l'injection et la durée de vie est de 3 ans pour l'implant.

La méthode médicale n'étant pas la seule existante, mais certainement la plus facile à utiliser, je mentionnerai également les méthodes chirurgicales et naturelles. Mais avant toute chose, faisons un petit rappel sur le cycle féminin afin de comprendre pourquoi les traitements médicaux se diversifient autour des hormones

 

Pourquoi des hormones contraceptives et quels types d'hormones.

Pour répondre à cette question, il faut se replonger dans la mécanique corporelle.

On considère de façon générale que le cycle féminin a une durée de 28 jours. Ceci n'est qu'une moyenne et ce cycle peut varier d'une petite 20aine de jours à presque 35 jours. Ce cycle est soumis à l'influence d'hormones synthétisées par l’hypophyse, elle même subissant l'action d'une hormone sécrétée par l'hypothalamus.

Les organes et molécules en présence sont donc:

  • L'hypothalamus qui sécrète la GnRH (Gonadolibérine) via un groupe de neurones sécréteurs hypothalamiques.
  • L'hypophyse qui, sous l'influence de la GnRH, va synthétiser au niveau de son lobe antérieur la FSH (Hormone folliculo stimulante) et la LH (hormone lutéinisante). Ces 2 hormones peptidiques seront alors sécrétées dans la circulation générale et vont entraîner une augmentation  de l'activité ovarienne. 
  • L'ovaire va sécréter des oestrogènes et la progestérone qui vont se fixer sur des récepteurs des tissus cibles et entraîner des effets biologiques (modification de l'endomètre, de la glaire cervicale, apparition des caractères sexuels secondaires...) ou gagner la circulation générale pour exercer un feedback sur l'axe hypothalamo-hypophysaire.
Méthodes contraceptives: rappels sur le cycle

Ces hormones peptidiques, oestrogène et progestérone agissent a des moments différents du cycle et ont des actions physiologiques qui leur sont propres

  1. Oestrogènes:
  • Ils vont avoir une action trophique sur la muqueuse vaginale, la vulve, la muqueuse utérine et les seins
  • Ils vont agir sur la sécrétion de la glaire cervicale qui devient filante, la rendant de ce fait perméable aux spermatozoïdes
  • Ils vont agir sur l'ouverture du col utérin au cours de la phase ovulatoire pour favoriser la montée des spermatozoïdes jusque dans les trompes de fallope

 

  1. Progestérone:
  • Cette hormone prépare la muqueuse utérine à la nidation et entraîne la fermeture du col de l'utérus
  • Elle entraîne un épaississement de la glaire cervicale, laquelle devient imperméable aux spermatozoïdes
  • Elle est à l'origine de l'effet hyperthermique post ovulatoire.
Méthodes contraceptives: rappels sur le cycle

Maintenant que ces petits rappels ont été fait, nous verrons au cours du 2ème article sur la contraception, les contraceptifs hormonaux oraux, injectables et implants. Dans les articles suivants, les dispositifs intra-utérins et intravaginaux pour finir par les méthodes contraceptives chirurgicales et enfin les méthodes naturelles existantes mais à fort taux d'échec.

On se revoit bientôt. 

Retour à l'accueil