Sous le vent ou sous la vague...

Sous le vent ou sous la vague...

Je vous avais promis le récit de la régate, je vous avais promis la bafouille de Ferreol, mais c'est en véritable auteur et passionné de l'océan qu'il nous livre l'aventure de cet Islandais n°7

 

Il y a des jours comme ça, ou en passant la tête dehors de bon matin, on est saisi par l'air frais et pur du vent de nord-ouest. Un de ces temps à vous arracher un sourire de bien être, à vous faire respirer à plein poumon. C'est ce que j'ai ressenti ce dimanche matin, en sortant du bateau où j'avais dormi, et après une nuit assez agitée, qui m'aura couté quelques points de permis, un pantalon et le passage du bateau à 1h30 du matin sous la pluie battante pour l'amour de la voile en mer...

Master and Commander

Master and Commander

La vue de Cricri sur Douce Folie 2 et de Colbart à côté me donne aussi le sourire; nous serons au moins trois bateaux, et pas des moindres, au départ de l'Islandais. Il n'y a rien à faire, ces dimanches matins de régate me font toujours la même petite excitation, cette même petite montée d'adrénaline à l'approche du départ de la course qu'il faut réussir au mieux. Même avec trois bateaux, je me prépare au combat, au courant, au vent, j'hume l'air du temps et j'affine les écoutes. J'ai toujours connu les Islandais, et déjà, petit, je venais parfois et je rêvais en voyant tous ces navires fringants dont on sent qu'ils ont écumé les vagues, et les marins hirsutes en ciré et aux regards brillants, goguenards les uns les autres en racontant déjà leur course! C'est fou ce qu'on peut avoir envie de refaire la régate au ponton, c'est quand même signe de belles histoires, non? Je rêvais devant JP la classe qui menait son bar tambour battant, et je rêvais devant tous les bateaux du club et notamment O'marilou, un JOD 35 que je trouvais très beau, avec son mat si élancé et sa large carène. A l'époque, il me paraissait impossible de pouvoir m'embarquer un jour sur de tels bateaux de course, alors si le club en avait eu un, vous imaginez?...

 

Douce Folie 2

Douce Folie 2

Bref je m'égare, c'est donc avec un immense plaisir que nous prenons la mer aujourd'hui, en compagnie de l'ami Toto, pour un beau parcours par ce nord ouest vers ATT, Bassure et retour par ATT. On est cueilli à la sortie par un bon 20 nœuds dans la rade qui fait claquer les voiles et cisèle l'horizon. Colbart a pris un ris, Douce Folie a sorti un foc, nous partons grand voile haute et solent, patara à fond. La ligne est logiquement assez large pour nos trois bateaux mais nous prenons tous un beau départ, bien envoyé à la VHF par Douce Folie 2, alignés tribord amure.
 
Le premier bord de près est assez compliqué pour nous, ayant du mal à lancer le bateau dans ce gros clapot creux et croisé, et on se vautre un peu dans les rafales qui dépassent les 25 nœuds. Après quelques réglages, ça va mieux. Douce Folie 2 et Colbart ont l'air bien, ce dernier vire en premier pour se recaler à droite du plan d'eau, bientôt suivi par DF2.
 
Nous choisissons de rester tribord amure jusqu'à la layline, bord rapprochant mais travers au courant de nord faiblissant. Ca paye plutôt bien, nous virons ATT en tête avec un peu d'avance et partons vers Bassure au bon plein bâbord. Douce Folie trouve une bonne layline de son côté et passe en deuxième, Colbart suivant peu après. Le bord vers Bassure est assez rodéo pour nous dans les grosses rafales, on prend un ris pour soulager un peu le bateau à cette allure puissante et éviter à la GV de battre la chamade. Le ciel se déchire pour laisser passer les rayons du soleil qui viennent irradier une mer virant au vert émeraude surmontée de crêtes blanches illuminées.
 
C'est beau, ça fume parfois de l'étrave au cockpit, c'est magnifiquement sauvage! Nous virons Bassure et larguons le ris pour revenir au largue vers ATT à plus de 8 nœuds. Nous croisons DF2 toujours devant Colbart, bien gité comme il se doit. Nous creusons les voiles et déboulons à la bouée pour un ultime bord au grand largue vers le caisson et l'arrivée que nous franchissons après 1h52 de course. Derrière, la compétition fait rage, le vaillant Colbart ayant largué aussi son ris après Bassure, revient à hauteur de Douce Folie et le dépasse juste avant ATT. Néanmoins, le super Arlequin voit rouge et ne se laisse pas distancer facilement, franchissant la ligne trois minutes seulement après Colbart et 20min après Mistho. Avec plus de 2h de course, le classement en compensé s'annonce serré!
Colbart

Colbart

Deux petits bord pour traverser la rade et nous rentrons au port, plein d'air frais et d'embruns, l'esprit encore en mer, vagabondant sur nos beaux bateaux...  Nous rêvons déjà de la prochaine fois! ;)
 
Je rêvais donc, étant petit, devant le bar fumant du club et l'annonce des résultats suspens.. Aujourd'hui, on s'est senti un peu seul malgré la gentillesse et les excellents croques de la patronne..  Tout le monde a des impératifs mais que l'équipage ou même un membre de celui ci passe 5 ou 10 minutes rien que pour donner son temps et se réhydrater, ça laisserait le temps de faire le classement scratch et de l'annoncer...pour le meilleur et pour le pire! ;)
Retour à l'accueil