2007-septembre-11-014.jpgIl est des journées qu'on ne peut oublier. Ce 11/09/07, après avoir passé près de 5h à la sécurité sociale pour remettre mon dossier à jour (quand on ne tombe pas malade pendant 5 ans , on est épuré des données informatiques), je décide de passer voir Cricri au taf, histoire de me détendre et de gueuler sur l'administration. Devant ce stress évident,  il me propose une petite virée en mer avec Dominique, histoire de profiter d'un soleil radieux baignant  Boulogne et son plan d'eau.

Nous voilà parti vers 18.00, le coeur léger, et vêtu très "light", pour profiter d'une maGnifique soirée. On en profite pour refaire le monde et le club, sans oublier l'essence même du régatier, j'entends par là les manoeuvres. Nos discours et la tenue de barre de Dominique nous amènent tranquillement vers Atté où nous profitons des rayons solaires pour peaufiner le bronzage et prendre quelques photos. Au passage de la bouée, nous ne distinguons pas immédiatement le drame qui se joue sous nos yeux. Un 2nd passage confirme la vision. Un goéland (ordre des charadriiformes) gît, ou plutôt est suspendu par une patte à la bouée; et cette position doit être tenue depuis des heures par notre laridé  puisque les ailes ouvertes et ankylosées, il a cessé de se débattre. Nos âmes sensibles nous portent spontanément au secours de l'oiseau de mer exténué. Armé d'une gaffe et retenu d'une poigne ferme, Dominique tente d'attraper le goéland et de le libérer. Il faudra 4 tentatives pour approcher suffisamment notre pov' bête. Excellente occasion de faire des virements et pour Cricri de revoir ses approches de bouée. Quand enfin le corps se libère, la patte reste malheureusement attachée, les tendons n'ayant pas tenu sous le poids de l'animal. Qu'importe, il vit !!! et on peut vivre cul de jatte.... Il a échappé à une mort certaine, voire à une certaine mort.

Heureux de cette BA, nous rentrons sous les derniers feux du couchant, croisant les pêcheurs partant pour leur labeur.

Retour à l'accueil