Aventure IIILe jour s’est levé, sur les vapeurs éthérées d’une douce soirée estivale, où amis de longue date ou d’amitié naissante s’étaient retrouvés afin de passer une veille de régate à refaire le monde et le club à la brasserie l’Aurore, dont le patron (JP)  avait concocté un menu spécial YCB. Même si quelques ridules, des rires chantés au cours de cette soirée, sillonnaient le contour des yeux, même si la fatigue cumulée semblait alourdir nos paupières, tous étaient prêts pour attaquer ce nouveau challenge qui inscrira le meilleur dans la longue histoire du YCB.

 

8.30 : la douche est prise, le bar du Yacht Club Boulonnais fleure bon le café fraîchement passé, les équipages s’affairent déjà sur les voiliers et le port vit sous un soleil décidemment omniprésent sur le littoral morin depuis quelques semaines.

 

9.00 : Briefing. Les membres du comité présents rappellent les ordres de course et on apprécie toujours autant le verbe raffiné de notre Ludo, arbitre en ce grand jour, et son éloquence au son de la VHF… Un Boris Vian dort au fond de lui !!

 

Les infos données, on place les derniers équipiers arrivés en renfort, et Amadéus accueille avec gentillesse 2 novices à son bord, au même titre qu’Aventure III. Je signale ici qu’Alain, skipper d’Amadeus est toujours à la recherche d’un équipage. Il vous accueillera à son bord avec plaisir, le chef dégarni et le sourire aux lèvres.

 

Les voiliers larguent les amarres, et déjà cette activité plaisancière attire le regard des badauds qui empressent le pas vers la jetée afin de saluer les équipages et assister au spectacle de cette nouvelle 1852 qui se déroulera dans la rade autour d’un parcours banane, mouillé par un comité élégant sur Rez en Dour barré par Bernard !!

Après quelques ronds dans l’eau afin de trouver ses repères, les équipages heureux de se retrouver pour en découdre attendent l’envoi de la course. Le soleil brille, le vent est suffisamment établi, l’azur sert de fond d’écran et l’aperçu est envoyé. Quelques minutes après, les voiliers se lancent vers la 1ère bouée, tirant à terre ou vers le caisson pour atteindre la bouée n°2. Le départ est correct, les voleurs de vent effacent les voiliers ainsi masqués, la flotte s’étire sur le plan d’eau et les spectateurs réunis sur la plage et la falaise apprécient le spectacle offert par ces 9 bateaux.

 

Déjà 2 voiliers se démarquent : le Grand Surprise « Bleu Marine » skippé par Eric et le Half Tonner « Fletcher Lynd » skippé par Frédo. La bataille est rude et chaque équipage excelle dans les manœuvres. Derrière, et relativement proches, on retrouve Cortex, Amadeus (et même à ce niveau de l’article, son skippeur Alain est toujours à la recherche d’un équipage fiable, et constant…), White Pearl, le JOD du club, Douce Folie II, Voltéa et Aventure III !!! Les bouées enroulées, les spis sont hissés et c’est l’Argonaute de Bleu Marine qui lance les hostilités sur ce bord de portant. Et on se jette corps et âme dans les manœuvres qui mènent vers la ligne d’arrivée.On attend le dernier. Le comité ne prend que quelques secondes pour décider de lancer une 2nde manche sous des conditions plus qu’agréables pour cette 1ère 1852 et offrir aux différents équipages l’opportunité d’une séance de rattrapage.

 

Amadeus.jpgPour la seconde manche, le vent a légèrement forci. D’une force Beaufort 1 à 2, il a fallu affronter des rafales allant jusqu’à force 3, voire même 4 sur la fin ! Que de mouvements physiques pour mouvoir les voiles de ces bateaux. Bleu Marine est toujours en tête, suivi de très près par Fletcher qui a pris un excellent départ sur cette deuxième manche. Le premier bord au près serré nécessite de la tactique. De celui-ci qui préfèrera remonter au maximum au vent, ou de celui-là qui choisira d’allonger son bord pour se permettre d’abattre sur la fin, qui a fait le bon choix ?

 

Le duel est acharné entre Douce Folie 2 et Amadeus, une erreur d’inattention sur le second tour (si l’on peut appeler cela ainsi) a provoqué la rencontre d’Amadeus avec la bouée Nord, l’avant dernière de ce parcours. Toujours sérieux (!) l’équipage du SuperArlequin ne s’est pas laissé surprendre, et a profité de la situation pour reprendre de l’avance. Avance qui a d’ailleurs servi pour garder un bon chrono lorsque le spi a préféré goûter la température de l’eau plutôt que de porter le bateau sur le dernier bord au portant. La régate s'achève ainsi avec un goût de réussite !!

 

Puis c'est le retour au port, hélas au moteur, puisque la capitainerie interdit toujours les entrées sous voile gâchant notre plaisir et celui des badauds nous saluant. Les voiles sont rangées, on commente et on se congratule en remontant vers le yacht club où Béa nous a préparé un magnifique barbecue sur lequel braisent de concert kippers, maquereaux, merguez, poulets, brochettes... sans oublier une bonne bière rafraîchissante en ces températures exceptionnelles.

 

Les équipages traînent un peu, appréciant la convivialité du lieu et surtout, ils veulent être présents pour assister au départ de Sandrine Régnault (dit la tiote) qui part accomplir pour les 2 ans à venir: une descente jusqu'au Cap Vert avant la traversée de l'Atlantique qui l'emmènera pour un tour de l'Amérique du Sud. Bon vent à toi Sandrine, n'oublie pas Neptune en passant l'Equateur, vit pleinement ce choix et vivement de tes nouvelles. Pour ceux qui souhaitent suivre ses aventures, vous trouverez dans mes liens, une redirection vers son blog: RATAFIA !!! 

 

Un grand merci à nos chefs d'orchestre pour l'harmonie omniprésente en ce we enchanteur à savoir Mélanie, André et Christophe (alias Baloo) et qui ont permis que ce we se passe dans de bonnes conditions à terre, sans oublier, sur l'eau, Bernard qui nous a accompagné comme bateau comité grâce à son Rez en Dour et Ludo pour sa pêche et son sérieux en tant qu'arbitre. N’oublions pas également le soutien de joyeux bénévoles, ils se reconnaîtront et nous les en remercions et un immense merci à tous les skippers et leurs équipages pour cet évènement estival.

 

Notons aussi la participation de nos sponsors qui nous permettent de vendre du rêve comme dirait mon Quentin, à savoir:  ECOVER représenté ce jour par la présence sur l’eau de Muriel, Côté Zen, Au Bureau, L’Aurore, Casino Partouche, la Ville de Boulogne-sur-Mer et la Communauté d’Agglomération du Boulonnais.

 

Rendez-vous pour la prochaine 1852 (Saison 148 ; Episode 2) le 25/07/2010 !

Retour à l'accueil