comitéJe vais vous rapporter ici les sensations par équipage, vécues par nos valeureux marins qui se sont alignés au départ de la 100 milles Boulogne/Dieppe, course qui compte pour le Trophée Manche UNCL (Union Nationale pour la Course au Large) et qui s'est déroulée du dimanche 24/04 au lundi 25/04/2011

 

Vainqueur de cette course dans la classe IRC 2, Fletcher ouvre ici les récits de ce week end...

 

Fletcher Lynd:

 

Tout a démarré le samedi, quand l'équipage composé de Fredo (propriétaire et barreur de Fletcher), Alain dit Tipoil (bastaqueur fou des eaux du monde), Charles (au réglage du génois), Alexandre (en place de numéro 1) et bien évidemment Abigaïl, (au piano et Eve incontestée de la mixité sur Fletcher) se retrouvent le samedi afin de préparer de façon optimale Fletcher Lynd Delta Marée, splendide Hustler SJ30 (les amateurs apprécieront) pour une régate longue de 100 milles (94 exactement) qui débutera le dimanche après midi. Après un travail herculéen, qui a vu la coque astiquée, l'avitaillement rangé et amarré, nos protagonistes se retrouvent au bar du YCB afin de préparer, sur un plan plus tactique, cette magnifique aventure.

 

Fredo a la tactique

 

Une bonne nuit de sommeil, loin de ces nocturnes Christianesques qui nous valent certains maux de tête, prépare les corps et les esprits de l'équipage. Dimanche 24/04, Boulogne baigne sous un soleil radieux, les équipages se retrouvent sur les pontons et en début d'après midi, les voiliers quittent le port pour rejoindre la ligne de départ. Un vent de Nord Est établi de force 4 souffle sur la rade boulonnaise, offrant de magnifiques conditions pour descendre sur Dieppe. Ce sont 11 bateaux qui prennent le départ donné par Michel, toujours aussi parfait dans ses lancements de régates. Pour lancer les hostilités, et une fois la ligne franchie, les voiliers filent vers la bouée de dégagement, puis remontent au nord pour un parcours côtier, privilégiant certainement les locaux, avant de prendre la route du Sud.

 

Sur Fletcher, l'équipage reposé est alerte et prend un excellent départ, toujours bon pour le moral. Bien placé à la bouée, notre Hustler garde sa position et retient la bride sur ce début de parcours très tactique. Sur le pont, les manoeuvres s'enchaînent sans une faute, chaque membre connaissant sur le bout des doigts son rôle et Abi parfaite sur sa partition.

 

La journée se déroule tranquillement, Fredo barrant à merveille; la vie s'installe à bord, et l'apéro n'est pas oublié. La nuit habille la flotte de son drap étoilé et les spis lancés offrent des nuances de haute couture. La mer peu agitée et le vent établi permettent quelques jeux comme des surfs à 10 noeuds mais la route est encore longue et si l'esprit est tourné vers la victoire, il faut néanmoins compter sur la rudesse de notre sport et chacun prend son quart. Tandis que certains se reposent, le quart d'éveil continuent de peaufiner les réglages et la tenue des voiles nécessite vigilance et finesse. Les voiliers plus rapides se perdent déjà sur l'obscur horizon et on compte parmi eux, Milo et Flor de Rossa. Seuls indices permettant à l'équipage de se situer par rapport à la flotte sont les feux de navigation des concurrents qui s'allument un à un et c'est ainsi que Fletcher tient dans sa ligne de mire Calcanéum, un autre Half Tonner.

 

Course au large

 

On tent l'oreille et un bruit sourd se fait entendre: le vent vient de tomber et la chute fut dure car il ne se relèvera qu'à l'aurore. Qu'importe, l'équipage alerte adapte ses réglages.

 

Au lever du jour, la côte Normande se dessine devant l'étrave de Fletcher qui pointe elle même sur la bouée Di située non loin de Dieppe, toujours dans le sillage de Calcanéum qui vire la cardinale 0.6 miles devant Fletcher Delta Marée. En remontant au près vers Daffodils, notre goéland voguant croise la flotte sur le dernier bord de portant. Malgré la fatigue, le duel se poursuit avec le Feeling 850, et les tacticiens du bord misent sur une option à gauche du parcours qui leur permet de gagner du terrain. Dernier passage de la bouée, le spi est hissé pour un dernier bord, concentration maximale de tout l’équipage. La ligne d'arrivée sera franchie moins de 6 minutes après Calcanéum.

 

Après le calcul des temps compensés, Fletcher Lynd Delta Marée s'empare de la tête du classement IRC2 suivi par Douce Folie 2 et Calcanéum, offrant ainsi un podium 100% YCB !!

 

1ère course et 1ère grande réussite pour Fredo et son team qui augure une belle saison qui s'achèvera avec la Half Ton Classic Cup à Cowes fin Aout, et un objectif avoué, remporter le Trophée Manche.

 

Alizéa:

 

Voici le rapport du week end sur Alizéa, rapporter par son skipper Claude alias carabin et que vous pouvez retrouver sur le site du Cercle de la Voile de Dieppe: CVD


Plus qu’une régate, c’est un motif pour passionner une montée sur Boulogne des voiliers dieppois qui souhaitent participer à la régate UNCL « les 100 milles de Boulogne » du lendemain.


5 bateaux dieppois participent à cet aller Dieppe - Boulogne : Brin d’Ailly, Petit Mousse, Atoll IV, Alizéa, tous les 4 du CVD et Copacabana, le Figaro de l’association course au large.


Le départ vers 10heures 30 est informel. La remontée vers Boulogne autorise le chemin direct, mais le vent changeant, capricieux, tournant et les choix plus ou moins pertinents des skippers allongent considérablement la route. A ce jeu, Copacabana nous laisse sur place, à croire que la course au large les inspire, ou que le récent carénage a dopé ce Figaro que l’on connaissait moins alerte. Ils finissent premier sans l’ombre d’une discussion.


Atoll est skippé par Hervé Barret, notre président au CVD, secondé de son fils Clément, de sa femme Marie et de Alban, maitre es-voile. Ils remplacent l’équipage habituel dont le propriétaire était appelé à des tâches familiales incontournables, lui interdisant de contourner des bouées ce WE ci. Mention bien pour cet équipage, au moins jusqu’aux éoliennes de la digue de Boulogne qu’ils atteignent de peu devant Alizéa.


Le propriétaire de ce dernier, préférant la mer de sable à la mer salée, a confié son voilier à un équipage remplaçant dirigé par Yves Schnellbach, dont je fais partie. Devant Boulogne, le courant est contraire, le vent aux abonnés absents, l’appétit de Clément féroce, la ténacité de Marie défaillante (d’autant qu’avec Hervé, ils ont assuré l’accueil des anglais la veille jusqu’à 4 heures du matin), la motivation en berne. Pressés d’aller manger, découragés par des bords carrés sans gain au vent, ils abandonnent si prés du but !


Brin d’Ailly et Petit Mousse sont depuis longtemps au moteur et les trois bateaux rentrent au port de concert. Sur Alizéa, l’unanimité est pour terminer… Nos bords ne sont finalement pas si carrés que cela, le vent semble nous être plus favorable et au prix de deux heures d’effort et d’un nombre élevé de virements de bords, nous franchirons l’espace qui mène des éoliennes à la passe de Boulogne sous voile. Il est plus de 23 heures et les restaurants sont pour nous fermés mais l’honneur est sauf. Moralité : il ne sert à rien d’être brillant si l’on est persévérant et l’on peut ainsi finir devant son président.

Deux nouveaux points remarquables de navigation à rajouter sur vos cartes de la rade de Boulogne, qui peuvent le soir constituer aussi des points de restauration obligée:

  • Le site Alizéa dans l’est de chenal, devant la plage, inauguré l’an dernier par son propriétaire
  • Et maintenant le coin petit Mousse qui offre le même avantage dans l’Ouest de ce même chenal

Tous deux offrent l’attrait, le temps d’un échouage, d’une restauration rapide ( c’est selon) dans un confort rudimentaire (le plancher est fortement incliné) et dans l’odeur de vase qui stimule l’appétit. Je vous recommande de les éviter.


21697


Cette année, l'organisation a opté pour le parcours le plus long car le vent semble de la partie. 98 milles tant les détours sont nombreux et les zig-zags la règle. Je vous résume :

 

  • Départ devant Boulogne
  • Bouée de dégagement
  • Bouée Approche de Boulogne dans le Nord- Ouest
  • Bouée Ophélie au Sud
  • Remontée sur la bouée Bassures de Bass , 5 milles au Nord
  • Retour sur la bouée Approche de Boulogne
  • Bouée Ophélie
  • Remontée sur Bassures de Bass
  • Descente vers la bouée Vergoyer Est
  • Contournement de la bouée Atso dans la baie de Somme
  • Bouée D1devant Dieppe
  • Remontée au Nord Nord Est vers Daffodils
  • Bouée de Berneval
  • Retour sur D1 pour l’arrivée.


Prenez vos cartes et jugez !


A l'heure dite, les bateaux dieppois sont sur le plan d'eau pour disputer cette régate. Excellent départ d'Alizéa qui vire devant Atoll et Lison ( le Bavaria match 35 concurrent du Havre au rating légèrement supérieur au notre) au passage de la bouée approche de Boulogne. Les tours de bouée au large de Boulogne ne sont ensuite pas à notre avantage d’autant que nous prenons même brièvement un ris dans un vent qui atteint passagèrement 29 nœuds. La descente vers Vergoyer se fait en queue des "gros" bateaux. Notre équipage en nombre restreint et peu aguerri nous incite à la prudence dans ces vents soutenus. Lison, Atoll sont loin devant et même Copacabana nous précède.

 

Nous reprenons du mordant à proximité d'Atso : si vous cherchez cette bouée d’eau saine devant Saint Valery sur Somme, sachez qu’elle n’est jamais là où on l’attend, longtemps masquée par les lumières de la terre, et qu’il se produit en cet endroit des visions dont seront victimes J.B. à notre bord et l’équipage de Copacabana, qui partira chercher une bouée plus à terre. Nous en profiterons pour le dépasser traitreusement en empannant la bouée.

 

Le bord direct vers la D1 nous permettra de distancer ce concurrent puis de doubler et distancer Atoll.


La remontée vers Daffodils en fin de nuit , dans une mer formée, un vent contraire, glacial n’est pas une partie de plaisir mais nous avons le bonheur de retrouver Lison, à un demi-mille devant nous, en virant Bernaval au jour naissant. Nous franchirons la ligne d’arrivée 10 minutes derrière lui et une trentaine de minutes devant Copacabana.

 

Sunset on the sea


4ème en temps réel… en ayant contenu Lison et laissé derrière nous Atoll : les deux missions que nous avait confié le propriétaire de notre bateau ont été accomplies !!


J’ai les bras allongés à force de tirer sur les écoutes de spi, le dos en compote, du sommeil en retard… Quelle belle nuit ! Il était 7heures 40 du matin lorsque nous avons franchi la ligne d’arrivée. Combien de temps avons-nous mis pour rallier Dieppe. Voyons Monsieur, quand on aime, on ne compte pas !

 

@ suivre les autres récits...

Retour à l'accueil