En guise d'introduction, et en quelque sorte de prolégomène, je noterai pour mes corréligionnaires que :

- on a atteint le no limit !! aux Lilas Blancs, les limites du no limit seront repoussées.
- mon système limbique perçoit encore les effluves du houblon, j'ai dans les yeux la palette chromatique des pots de rhum d'Alain, et l'herboristerie voisine de chez Gaud n'a pas encore éteint les souvenirs de ce we.
- Pour cela, j'ai pris la décision de scinder ce we en plusieurs parties, qui seront autant d'articles que je vous ferai découvrir cette semaine.
- Je compte sur chacun des membres pour faire preuve de clémence à mon égard quant à la rédaction de ce 1er article pour les raisons susnommées.
- Vous comprendrez également que je ne peux me permettre de mettre en ligne toutes les photos. Un  cd, relatant ce we de folie, suivra bientôt.
- Si je devais rouler un mifle pendant ce moment d'écriture, au même rythme que le proposait Mimosa dans la voiture, je devrais m'arrêter toutes les 4 lignes.

Commençons donc:

Départ de Boulogne sur mer, accompagné d'Eric direction la "meillz" (comprendre maison) de Mimo. Un trajet sans souci, on imagine la réception et on reparle de l'APOC qui a eu lieu si récemment. Mimo n'est toujours pas chez lui, sa daronne nous propose de confectionner un repas sommaire mais capable de nous tenir au corps pour les 6h de route qui nous attendent. Mimo arrive, les fauves sont lâchés, la route est à nous. A noter sur ce trajet pépère, que les CD de zic sont nazes à l'exception d'un best of de BOB MARLEY. Qu'importe, il fera le 4ème mousquetaire. Soucieux d'étendre notre culture musicale, Mimo nous parle d'une chanson "Manureva" que chantait Gainsbourg. Eric et moi le regardons; on lui siffle l'air et là, Mimo, splendide nous balance: "non, pas la version remix". Du grand n'importe quoi. Il s'agit bien de manureva d'A.Chamfort.(  Paroles: Serge Gainsbourg. Musique: Alain Chamfort, J.N.Chaleat   1979 ) Quand aux autres hallucinantes déclarations de Mimo, je laisse mes compagnons de voyage les poster en commentaire.

La route défile, St Quentin, Le Havre, Caen, St Brieuc, Paimpol. Au rond point de Paimpol, Cray est venu à notre rencontre. Encore quelques minutes avant d'entrer dans le repaire apocien du trésorier.

Ce we, je retrouve les potes, mais je vais enfin voir leur femme. Béa (épouse de Cray) a le sens de l'accueil. Les bouteilles sont sur la table, les quiches sont chaudes, l'apéro dure et les 6h de route sont déjà oubliées. On s'apprête à dîner quand un spectre cogne à la baie vitrée. Le président nous fait l'honneur d'une visite surprise. Il a surtout senti qu'on passait à table. Gildas ne devait pas rester, il est reparti minable à 2.20 du matin.

Demain, la plus longue journée de ma vie va commencer. Les boulonnais devront être à la hauteur et moi en particulier car c'est ma 1ère visite en Côtes d'Armor depuis que je suis membre. On roule un dernier mifle, on prend un dernier verre, Morphée nous accueille....

A suivre

Retour à l'accueil