WE Brest - 26Il existe sur ce blog une rubrique sur laquelle j'aime à parler de mes amis et de ce qu'ils font, pour les mettre en valeur et pour marquer mon enthousiasme quant à leurs activités quand je ne peux malheureusement me joindre à eux. Cette catégorie, baptisée globepharma, a ainsi vu s'écrire les aventures des APOCIENS, de Mimosa lors de l'enduro du Touquet, les soirées chez le guérisseur, les sorties anecdotiques avec Eric et Marine sur Bleu Marine ... et cette fois ci, c'est le we de 4 enfants gâtés que vous connaissez : Aurélie, Mathilde, Jean Alexandre et mon frère de soirée: Nicolas

 

AAAH Paris, ville lumière, magique pour ses oeuvres, ses artistes... et ça s'arrête la. Le reste n'est que suicide sur les rams de métro, vous retardant dans vos rendez vous, les embouteillages sur le périph' qui vous font faire 5kms en 2h, pire que les départs en vacances aux Sports d'hiver, et malgré le génie civil qui a concu les routes et autres autoroutes, c'est presque 7h pour rallier Brest. Partis de Paris-Robinson à 19h, nos protagonistes arrivent épuisés sur Brest à 3h du mat' où Jean Alexandre (JAB) les retrouvent au port. Pas le temps d'un digestif sous la bruine bretonnante, c'est directement au pieu. Aurélie et Nico devant, JAB à l'arrière et Mathilde dans le carré.... jusqu'a ce qu'appliquant les règles de secourisme, cette dernière ne rejoigne nos 2 tourtereaux afin de chercher un peu de chaleur dans le froid hivernal d'un printemps guilleret.

 

9.30, réveil pénible ! Sur le Gibsea 31, les corps s'étirent péniblement. Et sous un soleil absent, nos aventuriers se préparent à quitter le port, direction Douarnenez selon l'avis commun (enfin, l'avis des mecs, car pour les filles les sorties en mer ne sont pas monnaie courante !! Aurélie a naviguer 2 fois en réel (on croirait voir le Lieutenant d'Alien 2) et Mathilde s'est surtout essayée au dériveur et ne connait pas trop le coin. Un week end pépère s'annonce puisque la sortie du port se fait dans une pétole majestueuse.

 

WE Brest - 28

 

Sortie de la baie de Brest, avec un vent d'Est, nos amis hésitent entre le moteur et le spi car le vent est le grand absent du we. Ce dériveur intégral offrant 1m de tirant d'eau et 2m quand on baisse la dérive est particulièrement maniable et offre beaucoup de plaisir à la navigation. Sortant de Brest, notre Nico passe trop près des côtes et s'amuse à toucher les hauts fonds brestois, jeu qu'il affecte particulièrement dans la rade boulonnaise. Alors on fait du saute mouton grâce au moteur, et nos amis gagnent le large. Chacun profite pour découvrir Gwenn (nom du Gibsea) et s'essaie aux différents postes. On découvre avec plaisir l'habileté de JAB au spi, d'Aurélie au piano, de Mathilde dans la gestion des voiles et de Nicolas à la barre. Tout se passe à merveille, ça saucissone tranquille et tout le monde est heureux de vivre ces instants. La prochaine fois que j'embarque mes belges, je leur offrirai ce genre de we !! ils seront ravis et leurs muscles aussi. Quand je pense comme ils ont souffert... ce genre de we leur conviendrait parfaitement !! Bref, après une journée de mer où voile et moteur ont alterné pour compenser le courant, nos 4 marins arrivent dans la baie de Douarnenez. 

 

WE Brest - 01

 

Arrivé dans ce magnifique petit port breton, Nicolas découvre avec plaisir une flotte de mini650 et se faufile parmi ces voiliers aux voiles bigarrées afin de chercher le mini650 rose d'Amaury François qu'il ne trouvera pas. Avant de mettre pied à terre, on fait une beauté à Gwenn et on file dans le centre ville de Douarnenez. Pour trouver un centre ville en Bretagne, pas difficile, chercher un clocher d'église et vous y êtes. Malheureusement, dans un souci politique d'extension, certaines villes phagocytent d'autres communes et Douarnenez ayant englobé Tréboul, nos amis se retrouvent dans le centre ville de cette annexe douarnenèze !! Pas grand chose à faire dans le coin à part visiter les calvaires, les églises et quelques tavernes accueillantes. Le crépuscule naissant, le froid breton s'installe et on décide de rejoindre le voilier pour dîner. L'apéro se transforme en cocktail dinatoire où les huitres sont de la partie !

 

La nuit s'habille dans leurs bras et ils rejoignent leur couchette rapidement, heureux mais fatigués par cette longue journée de nav'.

 

Dimanche matin, Mathilde n'est pas une championne du réveil contrairement à JAB qui est déjà sur le pied de guerre et prépare le petit déj pour ses acolytes. Après avoir réglé les frais de port, ils profitent d'un soleil hésitant pour une ultime balade dans le port et mettent enfin les voiles, enfin, le moteur, pour quitter Douarnenez. Le vent souffle en rafale (6 noeuds !!! ahah) et du près attend nos amis. La journée va être longue, mais avec de telles conditions, Nico et JAB poursuivent l'initiation nautique des filles. Mais Mathilde préfère sa couette et rentre faire une sieste rejointe rapidement par JAB. C'est à ce moment que le vent en profite pour rentrer (10/11 noeuds). Aurélie et Nicolas profitent d'être seuls pour jouïr de ces moments précieux et savourent chacun de ces instants.

 

Brest entre dans leur champ de vision et chacun sait que le we touche à sa fin. Ayant évité de passer trop près de la côte, le gibsea arrivent au niveau du pont de Brest qui traverse la rade et le relief du coin fait monter le vent. Le voilier gîte, en bas, nos touristes n'ayant rien amarré, tout se vautre, à l'exception des affaires de Nico, lequel en marin expérimenté avait attaché ses affaires. Le voilier gîte de plus en plus mais même l'eau dans les chandeliers, tout roule !! La dernière heure est un parcours du combattant afin de faire glisser le gibsea parmi les innombrables casiers laissés par les pêcheurs et quand on borde... ca passe !!

 

18.30, JAB invite ses équipiers à un ultime repas avant leur retour en terre parisienne et c'est tard dans la nuit que nos parisiens regagnent leurs pénates, les yeux pleins d'embruns et des souvenirs pleins la tête !!

Retour à l'accueil