2011 - Accompagnateurs

Voici donc les fameux pirates (photo ci contre) qui ont embarqué le compas et la girouette. Bravo les enfants !!! et pendant ce temps là, Alexis s'amuse avec son bout de ficelle. De là à ce qu'il passe au tricot, il n'y a qu'un pas.

 

On apprécie l'entre 2 manches avec un Eole et un Helios des plus courtois en cette matinée printanière et c'est un en-cas presque buccolique qui nous redonne de l'énergie.

 

Mais sur le bateau comité, ça s'agite et il faut se préparer pour cette ultime manche.

 

De nouveau, je me plante comme un gros naze dans les pavillons, envoie une fois de plus le chrono 1 min trop tôt et ce qu'avait réussi JG au tour précédent ne marcha pas cette fois ci. Au top départ, on est encore en train de refaire le monde et la soirée de la veille !! Felicitations. Avec des régatiers pareils, autant jouer à Virtual Skipper. Enfin, nous sommes dans la course... mais complètement à la rue et sur ce coup là, je compte sur l'expérience de JG pour compenser mon erreur, et tandis que Natacha et Marc se placent de manière optimale pour offrir la plus longue portance, je m'attache à garder le bateau propre pour les manoeuvres qui se succèderont et reste sous le vent pour veiller au génois. L'approche de la bouée au vent se fait sans bagarre puisque nous sommes loin derrière et que l'océan nous appartient et à peine sortons nous du petit bord, que le spi est rapidement lancé. On le maintient et Calcanéum vole sur les flots comme... La Vierge Marie montant aux Cieux le jour de l'Assomption. Si c'est pas beau ça... Puis nous approchons de la bouée sous le vent, et je dois empanner. La manoeuvre doit être rapide car ma surcharge pondérale ( et non "obésité" comme aimerait le laisser entendre certaines mauvaises langues... j'ai la liste..) peut faire plonger le feeling. Et pendant que je manoeuvre, je sens dans mon dos une présence. Non ce ne sont pas les anges qui portent le Calcanéum, mais bien ce cher Marc, lequel, en curieux, est venu voir la manoeuvre: Et comment que je décroche mon tangon, et comment que je passe l'écoute au dessus de l'espar, et comment je jongle avec les points d'écoute... et pendant ce temps là, Calcanéum enfourne, Natacha et ses 56Kg tout mouillé essaie de compenser à l'arrière et je ne vous parle pas de JG qui se met à engueuler le Marc:

 

- C'est pas vrai !! Qu'est ce que tu fous devant; Reviens derrière, mais merde, on ralentit. Mais il est fou. Pierre, vire moi ton copain, fais le repasser derrière !!!

La dessus Marc qui me répond:

- Ben j'étais juste venu voir comment tu faisais. Ca m'intéressait...

 

Rassure toi Marc, on aura d'autres occasions. Et malgré ce passage hallucinant, nous avons bien remonté. On affale le spi, on vire la bouée sous le vent, on croise les retardataires et c'est reparti pour le dernier tour !! et yohoho et une bouteille de rhum !!

 

Ca assure pas mal sur ce dernier bord; la mécanique est bien huilée et mes 2 comparses ont à coeur de bien faire. Et ça déroule facile. Le passage de la dogleg est plus chaud car nous avons remonté une partie de la flotte mais JG passe au cul de tous, vire tribord amure et je suis pour abattre progressivement et passer quelques adversaires. Envoi de spi !! Et là, je sens que j'ai fait une connerie car quand je demande à ma pianiste de choquer le hâle bas, je m'aperçois que celui ci est à la place du hâle haut. Merde !!! 3 envois de spi et empannages corrects et c'est sur cette manche que ça merde, et surtout que je merde !!! grrrr. Je me déteste. Mais tant pis, il faut éviter d'enfourner et je reviens vite à l'arrière récupérer l'écoute. On se démerde pas trop mal malgré cette erreur de débutant. En plus, je ne sais même pas à quel moment, j'ai pu retourner le tangon. Qu'importe, la ligne d'arrivée est franchie et malgré tous nos déboires nous accrochons une belle 6ème place.

 

2011 - Calcaneum light

 

Le comité annonce qu'il ne se déroulera plus de manches. Alors, après quelques ronds dans l'eau, histoire de profiter de cette matinée ensoleillée, nous rentrons au port sous voile et j'en profite pour expliquer les principes d'amarrage à ce vieux Marc, toujours soucieux de s'enrichir intellectuellement, tandis que Natacha, est déjà en train de ranger le bateau. Nous nous amarrons... et la suite est une autre histoire.

 

@ suivre

Retour à l'accueil