Le rocherAprès le goût, l'odorat, le toucher, la vue, l'ouïe, il existe un 6ème sens, que l'on retrouve topologiquement à côté de l'audition: l'équilibre. Ce 6ème sens nous permet de nous situer dans les 3 dimensions, même les yeux fermés: suis je couché, debout, assis, en train de faire le poirier...? Avant d'évoquer les troubles résultant d'un problème d'équilibre, à savoir les vertiges, la maladie de Ménière..., il va falloir passer par la case anatomie. Ca risque d'être un peu rébarbatif pour les non initiés, mais si on veut savoir pourquoi ça déconne, il faut bien comprendre comment ça fonctionne !! Là encore, je scinderai cet article en 2 parties afin de vous permettre de digérer toutes ces données.

 

Appareil vestibulaire

 

 

 

 

 

 

Vue externe du labyrinthe membraneux (oreille droite)

 

 

 

 

 

 

Nous connaissons tous les grandes lignes en ce qui concerne l'oreille. Elle est divisée en 3 parties:

  • externe: Comprenant le pavillon et le conduit auditif ( là où on glisse volontiers le coton tige et qui génère non moins volontiers les bouchons)
  • moyenne: constituée du tympan, du marteau, de l'enclume, de l'étrier, de la trompe d'Eustache, et de la mastoïde. Ces organes ont un rôle important dans la transformation d'une onde acoustique en une onde interprétable par le cerveau
  • interne: avec la cochlée et le vestibule

C'est donc la 3ème partie qui nous intéresse et particulièrement le vestibule (la cochlée jouant un rôle dans l'audition)

 

Le vestibule:

 

Il correspond à la partie postérieure du labyrinthe membraneux qui comprend les 3 canaux semi circulaires (remarquez comme ils sont orientés dans les 3 dimensions). Ce labyrinthe contient un liquide appelé endolymphe lui même entouré par un autre liquide: la périlymphe.

 

Ces canaux semi circulaires, permettant le contrôle "inconscient" de l'équilibre, contiennent du liquide et de minuscules cils sensoriels. Ces canaux sont reliés à une autre cavité: l'utricule qui mène à une autre cavité appelé saccule ( le schéma est assez explicite). Cavités et canaux portent en eux des otolithes ou statolithes. C'est quoi ces bestioles: du grec "lithos" signifiant "pierre", ce sont des concrétions minérales, essentiellement composées de carbonate de calcium et entourées d'une couche de mucopolysaccharides. Ces petits "cailloux" baignent dans le liquide du labyrinthe.

 

L'oreille interne joue un rôle prépondérant dans l'équilibre. Cependant, si cet organe jouait seul ce rôle, il serait très difficile de conserver notre mode locomoteur bipodal. Mais ce serait magnifique car nous éviterions certains types de nausées comme le mal de mer...

 

Les autres organes intervenant dans l'équilibre sont:

  • Les yeux
  • Le système proprioceptif

 

Les yeux

 

L'information rétinienne nous renseigne également sur notre position et les mouvements que peut effectuer notre tête dans l'espace et il est à noter qu'elle est en étroite relation avec le système vestibulaire (en effet, nous parvenons à lire sans problème un texte alors que notre corps est en mouvement)

 

La vision nous renseigne sur notre position et elle travaille de concert avec le vestibule. On imagine parfaitement ce qui va se passer lorsque vestibule et yeux envoient des informations contraire au cerveau (cf le mal de mer, les astronautes en appesanteur...)

 

Le système proprioceptif

 

Il s'agit de récepteurs (mécanorécepteurs) situés dans les muscles, les tendons et les articulations et ils nous renseignent sur la position de notre corps par rapport à la gravité.

 

Ces récepteurs ont une importance capitale puisqu'ils interviennent dans le tonus musculaire (ce tonus est permanent, sinon, nous ne serions bon qu'à pronostiquer des matchs de foot en compagnie de Paul le poulpe) et dans la réponse aux modifications de notre environnement: ex: on court et soudain, on butte sur une roche. Sans ces récepteurs, c'est le "casse-gueule" assuré. Attardons nous sur ces récepteurs qui sont répartis sur notre corps et discutons surtout de ceux que l'on rencontre au niveau de la voute plantaire. Les pieds ne sont pas à négliger car sans eux, pas de position debout. On retrouve à ce niveau une importante concentration de récepteurs sensitifs:

 Organes de Ruffini                                                                 

 

 

 

Les organes de Ruffini qui sont des récepteurs sensibles à l'étirement de la peau et à la pesanteur

 

 

Corpuscule de Pacini

 

 

 

Les corpuscules de Pacini qui sont des récepteurs sensibles aux vibrations

 

 

 

Les informations transmises par ces 2 types de récepteurs vont renseigner le cerveau quant aux différences de pression ressenties au niveau des voutes plantaires mais aussi de percevoir les irrégularités du sol et permettre un retour d'information aux niveau des muscles afin de corriger en permanence notre position pour nous maintenir en parfait équilibre.

 

Maintenant que nous connaissons mieux les acteurs de l'équilibre, qu'arrive t il quand je passe de ma position assise devant mon pc en train de vous taper l'article à, disons, une position plus incongrue:

 

- Ma tête est penchée et voilà que les otolithes et l'endolymphe se sont déplacés. En se déplaçant, ils sont venus stimulés les cils sensoriels qui vont relier l'information au cervelet grâce à des influx nerveux relayés par le nerf vestibulaire.  Le cervelet est chargé de la coordination des mouvements; il  traite donc ces informations et envoie des signaux de régulation aux neurones moteurs du cerveau et de la moelle épinière.


- Ma tête est toujours penchée et les yeux vont accomplir leur part de travail également:

  • la vision fovéale va donner la direction de mon regard par rapport à ma tête et mon corps
  • ma vision périphérique renseigne sur ma position par rapport à mon environnement.

 

- Enfin, grâce aux informations que recoivent  mes récepteurs proprioceptifs, j'évite de me retrouver étaler comme une vieille moule sur un rocher car en réponse, mes muscles saillants (je rigole) vont se contracter ou s'étirer de manière à me maintenir en équilibre.

 

Comme vous pouvez le constater, l'équilibre n'est pas une chose simple et elle met en jeu de nombreux organes interagissant entre eux, envoyant les informations au cerveau relayés par le cervelet. Quand tout fonctionne, les informations qui se succèdent sont cohérentes et nous sommes des individus "équilibrés". Maintenant lorsque les messages nerveux qui arrivent sont contradictoires, lorsqu'un organe est défaillant.... il apparait différents troubles. Ceci sera le sujet de l'article à venir très prochainement.

Retour à l'accueil