revenaturelEt voilà, comme promis, voici la classification des champignons tant attendue. En faisant du tri, j'ai retrouvé ces satanées fiches et je peux maintenant vous apporter les principales clés de reconnaissance fongique. L'objectif ici, n'est pas de vous offrir une encyclopédie sur les champignons, mais de vous permettre de reconnaître assez rapidement l'ordre auquel appartient l'espèce que vous rencontrerez lors d'une promenade en forêt ou à la campagne et afin de rendre plaisant cette découverte, je joins quelques photos, glaner de ci de là, mais pour la plupart, il s'agit de photos prêtées gracieusement par Laurent Givernaud, webmaster du site Revenaturel, que je vous invite à visiter. Ses photos sont magnifiques et sa rubrique "plantes à fleurs" est particulièrement complémentaire de la classification que vous avez découvert sur Globepharma.

 

Et c'est parti pour une balade sylvestre !!

 

Tout d'abord, quelques généralités. Il existe plusieurs types de champignons, de la mycose plantaire aux morilles.

Le mode de reproduction sexuée est bien connue:

  1. Soit les spores sexuées endogènes naissent dans une asque (Classe des Ascomycètes)
  2. Soit les spores sexuées naissent dans une baside munies de petits pédoncules (Classe des Basidiomycètes)

Dans la classe des basidiomycètes, on reconnait 4 sous classes dont celle qui nous intéresse: les Agaricomycetidae. Cette sous classe présente un carpophore hémiangiocarpique, différencié le plus souvent en un pied (appelé stipe) et un chapeau (appelé pileus), ordinairement à symétrie radiale, l'hyménium pouvant être de type poré ou lamellé, à croissance limité à quelques jours. Nous discuterons donc de 6 ordres et 19 familles.

 

Clé des ordres

 

1. Lamelles distinctes ou le plus souvent anastomosées formant des tubes fertiles ouverts par des pores; L'hyménium est facilement séparable du chapeau; Les spores sont fusiformes:   BOLETALES.

1. Lamelles distinctes non anastomosées en réseau pour former des tubes; L'hyménium est difficilement séparable du chapeau; Les spores sont plus ou moins arrondies.

   2. La chair est grenue, le pied granuleux non fibreux, Les spores sont blanches (leucosporées); Le pied est dépourvu d'anneau:   RUSSULALES.

   2. La chair est filamenteuse et le pied fibreux.

      3. Les spores sont roses, demeurant roses ou rouge clair à maturité (rhodosporée):  PLUTEALES

      3. Non rhodosporée, mais soit leucosporée, ochrosporée ou scotosporée

         4. Pied séparable du chapeau à lamelles libres: AGARICALES

         4. Pied non séparable du chapeau

            5. LeucosporéeTRICHOLOMATALES

            5. Ochrosporée ou scotosporée: CORTINARIALES

 



Comme signalé précédemment, ces 6 ordres, regroupent 19 familles dont voici les clés.

 

Clé des bolétales

 

Les spores sont:

  1. Ochrosporées
  • L'hyménium est à lamelles et le pied est nu: Paxillaceae
  • L'hyménium est à tubes, le pied est nu, rarement avec un anneau: Boletaceae
  1. Scotosporées
  • L'hyménium est à lamelles et le pied est nu: Gomphidiaceae
  • L'hyménium est à tubes et le pied est pourvu d'un anneau: Boletaceae pp sf strobilomycetoïdeae

 

- Les Paxillaceae portent des spores ochracées ou blanchâtres, les lames sont décurrentes ou anastomosées, facilement séparables de la chair ou alors elles sont fourchues et serrées. On rencontre 2 genres:

  • Le genre Paxillus , à spores ocres
  • Le genre Hygrophoropsis, à spores blanches

- Les Gomphidiaceae portent des spores noires, à lames espacées décurrentes, noirâtres à maturité. Il existe un seul genre: Gomphidius

 

paxillus filamentosus  Paxillus filamentosus
 Hygrophoropsis macrospora cluster  Hygrophoropsis macrospora cluster
 Leccinum aurantiacum  Leccinum aurantiacum
 gomphidius subroseus  Gomphidius subreosus

 

 

 


 

Clé des russulales

 

La chair des russulales est grenue et friable; les spores sont blanches à crème, ochracées ou jaunes. On ne trouve qu'une seule famille: Russulaceae qui comporte 2 genres:

  • Le genre Russula qui ne présente pas de lait à la cassure, présentant une silhouette banale à lames horizontales, rarement pentues, souvent fourchues. La largeur du stipe est égal au diamètre du chapeau.
  • Le genre Lactarius, offrant un latex plus ou moins laiteux à la cassure; les lames sont pentues arquées ou décurrentes mais non fourchues.
Russula rosaceaerussula rosacea 2 Russula rosaceae
 Lactarius  Lactarius

 

 


Clé des plutéales

 

  1. Chapeau et stipe non séparables, les lames sont adnées, décurrentes à sublibres: Entolomataceae
  • Les lames sont décurrentes: Clitopilus
  • Les lames sont échancrées: Entoloma
  1. Chapeau et stipe séparables à lames libres: Pluteaceae
  • Pas de volve au niveau du pied: Pluteus
  • On trouve un volve membraneux à la manière des amanites: Volvariella

 

clitopilus omphaliformis Clitopilus omphalliformis
 entoloma hochstetteri Entoloma hochstetteri
 pluteus salicinus Pluteus salicinus
 Volvariella speciosa Volvariella speciosa

 

 

@ suivre...

Retour à l'accueil