acc

Attaquons la partie suivante, un peu plus riche mais pas nécessairement plus complexe.

 

Clé des agaricales

 

1 élément important est à retenir afin de bien différencier les 4 familles. La couleur des spores va nous permettre de séparer les 4 familles en 2 groupes. C'est la 1ère étape de cette différenciation.

 

  • Les champignons scotosporés vont se diviser en 2 classes: les coprinaceae et les agaricaceae pp, tribu des agariceae.
  • Les champignons leucosporés vont se diviser en 2 classes: les agaricaceae pp, tribu des lepiotae et les amanitaceae

 

Scotosporé:

 

1. Spores et lames sombres de couleur brun violacée à noirâtre; les carpophores sont fragiles ou déliquescents, devenant liquide à maturité avancée; la chair est putrescible: Coprinaceae

   2. Le chapeau est plat ou campanulé, peu nou non strié, non déliquescent: Psathyrella

   2. Le chapeau est ovoïde ou conique, +/- grêle ou cannelé; déliquescent à maturité: Coprinus

1. Spores bruns sépia (chocolat foncé), un voile sous forme d'anneau +/- membraneux; les lames sont roses claires au début, devenant très foncé à maturité: Agaricaceae pp tribu des agariceae comprenant un seul genre: Agaricus

 

Leucosporé:

 

1. Pas de volve: Agaricaceae pp tribu des lepiotae

   2. Les carpophores sont grêles, de taille moyenne; le chapeau est à calotte discale souvent différenciée et/ou à squamules concentriques vers l'extérieur: Lepiota

   2. Les carpophores sont charnus, de grande taille à revêtement excorié (effiloché) ou à squames remarquables; on trouve un anneau +/- épais souvent coulissant: Macrolepiota

1. Avec volve: Amanitaceae comprenant un seul genre: Amanita

 

Psathyrella candolleana  Psathyrella candolleana
 Coprinus comatus  Coprinus comatus
 Agaricus campestris  Agaricus campestris
 Lepiota rhacodes  Lepiota rhacodes
 Macrolepiota procera  Macrolepiota procera
 Amanita msucaria  Amanita muscaria


Clé des tricholomatales

On retrouve de nombreuses familles dans cet ordre. Le 1er élément de différenciation concerne la nature des lames et le 2nd élément important est la position du pied. Ces 2 observations effectuées, vous pouvez alors avancer dans la reconnaissance de l'espèce.

1. Les lames sont dites céracées (consistance particulière) ou cireuses dues à l'allongement des basides, espacées, épaisses; L'insertion est variable, de décurrente à +/- adnée ou ascendante à sublibre; Le revêtement est variable, sec +/- squamuleux ou glabre, lubrifié ou visqueux; le stipe est nu, rarement avec un anneau: Hygrophoraceae

   2. Les carpophores sont fragiles à charnus, présentant une coloration vive (caractéristique importante) (rouge tomate, jaune citron). Pousse particulièrement en milieu herbeux: Hygrocybe

   2. Les carpophores sont charnus à robustes avec une coloration non vive, à lames adnées ou souvent décurrentes; Pousse particulièrement en forêt: Hygrophorus

1. Les lames sont non céracées

   2. Le pied est excentré, latéral ou nu; cette famille pousse particulièrement sur le bois: Pleurotaceae

      3. Grosses espèces charnues: Pleurotus

      3. Petites espèces coriaces: Panellus, Lentinellus (Photo: leur diamètre est proche d'une pièce de 5cts)

   2. Le pied est central

      3. Espèces charnues: Tricholomataceae

         4. Les lames sont décurrentes ou largement adnées, +/- pentues: Clitocybae

            5. Chapeau non squamuleux

               6. Espèces petites à chapeau creux et ombiliqué: Omphalina

               6. Espèces +/- charnues à chapeau souvent en entonnoir: Clitocybe

            5. chapeau +/- squamuleux; ce sont des espèces cespiteuses ou annelées se développant sur des arbres vivants ou morts: Amillaria

         4. Le chapeau est souvent plat, non mammelé, non ombiliqué, ni en entonnoir; les spores sont ornementées: Lepisteae

         4. Le chapeau est convexe ou largement mamelonné, parfois un peu conique mais obtus, rarement déprimé à la fin. Ce sont des espèces charnues à lames horizontales échancrées: Tricholomateae

      3. espèces peu charnues à chair élastique, coriace, cartilagineuse, se desséchant sans pourrir: Marasmiaceae

         4. Espèces non graciles

            5. Espèces marcescentes et/ou à cuticule mate et ridulée: Marasmius

            5.Espèces cartilagineuses ou élastiques à revêtement lisse ou glabre: Collybia

         4. Espèces graciles ou élancées à chapeau souvent hémisphérique et strié, parfois présentant un lait blanc ou coloré à la cassure du stipe: Mycena

 

Hygrocibe coccinea

Hygrocibe

coccinea

 Hygrophorus hypothejus

Hygrophorus

hypothejus

 Pleurotus ostreatus

Pleurotus

ostreatus

 Panellus ringens

Panellus

ringens

 Clitocybe gibba

Clitocybe

gibba

 Omphalina pyxidata

Omphalina

pyxidata

 Amillaria mellea

Amillaria

mellea

 Collybia butyracea double

Collybia

butyraceae


Clé des cortinariales

Ici également, certaines observations nous permettront de différencier rapidement les familles de cet ordre, particulièrement les lames (décurrentes ou non) et la couleur des spores.

1. Les lames sont décurrentes à +/- échancrées, les spores et les lames sont ochracées à rouillées: Crepidotaceae

   2. Le pied est central et ces espèces sont de type saprophytes lignicoles: Gymnopilus

   2. Le chapeau est latéral: Crepidotus

1. Les lames sont non décurrentes, de type adnées ou échancrées, présentant une cortine ou chapeau conique mammelonné: Cortinariaceae

   2. Présence d'un voile partiel cortiniforme (la cortine est une trace annulaire de consistance fragile rappelant celle d'une toile d'araignée.): Cortinarius

   2. Chapeau souvent conique ou mammelonné et le revêtement est fibrillolaiteux à vergeté: inocybe

1. Les lames sont non décurrentes et ne ressemblent à rien de comparable aux cortinariaceae

   2. Ochrosporée ou scotosporée, cette famille n'a pas la silhouette fragile des coprins: Strophariaceae

      3. Spores et lames gris fumeux à reflets violacés (= scotosporée)

         4. Stipe à anneau ou armille: Stropharia

         4. Stipe cortiné, espèce cespiteuse (en touffe) ou isolée: Hypholoma

         4. Stipe sans anneau, ni cortine: Psilocybe

      3. Spores et lames brunes ou rouillées (= ochrosporée): Pholiotae

         4. Chapeau hygrophane, cespiteux: Kuehneromyces

         4. chapeau et stipe +/- squamuleux ou visqueux, jaune ou roux, présentant une armille ou un anneau +/- cortiné: Pholiota

   2. Toujours ochrosporée, cette famille présente la silhouette fragile des coprins: Bolbitiaceae dont les genres sont bolbitius et panaeolus.

 

 Gymnopilus spectabilis Gymnopilus spectabilis
 Crepidotus applanatus Crepidotus applanatus
 Cortinarius rubellus Cortinarius rubellus
 inocybe patouillardii Inocybe patouillardii
 stropharia aeruginosa Stropharia aeruginosa
 Hypholoma fasciculare Hypholoma fasciculare
 Psilocybe mexicana Psilocybe mexicana
 Kuehneromyces mutabilis Kuehneromyces mutabilis
 Pholiota aurivella Pholiota aurivella
 Bolbitius vitellinus Bolbitius vitellinus

Et voilà, avec ceci, vous avez désormais les moyens de reconnaître les espèces les plus courantes de nos contrées. Vous savez désormais classer vos découvertes par ordre et famille... il ne vous reste qu'à trouver alors  un bon bouquin pour déterminer le genre et l'espèce.

@ bientôt

Retour à l'accueil