cristal vitb12Ce groupe de vitamines rassemblent toute la série des vitamines B (la photo ci-contre représente la B12 cristallisée) ainsi que la vitamine C. J'essaierai de vous apporter le plus d'informations utiles mais également quelques anecdotes qui vous permettront d'apprécier et de digérer au mieux ce catalogue qu'on m'a forcé à connaître au cours de mes chères études. Je voudrai d'ailleurs remercier le Pr Pierre Duez dont les notes me servent principalement de référence. Je créerai bientôt une page "bibliographie" afin que vous puissiez retrouver les références que j'utilise pour la rédaction des articles, références qui, dans 80% des cas sont livresques et pour le reste, soit liées à mon expérience, soit tirées du web. Commençons donc cette liste, longue comme un jour sans vent et prenez quelques vitamines, histoire d'être au meilleur de votre forme et de votre concentration.

 

La vitamine B1 ou thiamine

 

1/ Origine

 

Parce qu'elle soigne le BériBéri, on a appelé cette vitamine B.

 

- En 1885, on a attribué ce syndrôme polynévritique à une cause nutritionnelle en observant qu'une poule, en manque de cette vitamine B présentait une paralysie flasque (l'alimentation de cette poule était à base de grains de riz dépourvus de cuticule).

- En 1910, on a isolé du cuticule du riz une substance hydrosoluble qui prévenait le BériBéri. Pourquoi autant de temps avant la découverte de cette substance..? c'est qu'on ne trouve que quelques mg dans plusieurs kg de nourriture, rendant cette molécule difficile à déceler

- En 1936, la structure est découverte et est synthétisée.

 

2/ Rôles

 

On reconnait 2 rôles:

  • Comme cofacteur général: la vitamine B1 joue le rôle de pyruvate décarboxylase et a un rôle essentiel dans le métabolisme cellulaire.
  • Dans la transmission nerveuse: en modulant les canaux sodiques et les récepteurs cholinergiques.

Cette vitamine est très réactive et est sensible aux attaques d'oxydo-réduction et hydrolytiques

 

3/ Informations pratiques

 

Je vous passerai à chaque fois les mécanismes d'absorption mais je m'attarderai sur d'autres points:

  • La vitamine B1 est dégradée par la chaleur (cuisson des aliments), inactivées par les nitrites et on a découvert des facteurs anti thiaminiques (= anti B1) dans les poissons, les crustacés, les mollusques. Heureusement, la thiaminase (enzyme responsable de cet effet anti vitamine B1) est thermolabile. Notez également que l'alcool inhibe fortement la résorption de la thiamine ce qui fait que de nombreux alcooliques présentent une déficience en vitamine B1. Retenez donc que cette vitamine est facile à dégrader et que l'on peut vite se retrouver carencé.
  • Vous pouvez trouver la B1 dans les produits animaux et les glucides complexes non raffinés tels ques les viandes, les poissons, les oeufs, le pain, les pommes de terre.
  • Les besoins journaliers sont de 0,4 à 1,5mg/jour et l'apport usuel, comme démontré précédemment est insuffisant, particulièrement chez les femmes.
  • Votre médecin ou votre pharmacien pourront vous prescrire ou vous conseiller de la vitamine B1 non plus pour le BériBéri, mais pour lutter contre des carences marginales comme les polynévrites, l'encéphalopathie de Wernicke rencontrée chez les alcooliques chroniques ou encore comme analgésique à forte dose, seule ou associée aux vitamines B6 et B12 dans les syndrômes douloureux en rhumatologie ou en neurologie (sciatiques, hernies discales...)

 

La vitamine B2 ou riboflavine

 

1/ Origine

 

Son nom vient du latin "flavus" qui signifie "jaune". Il est utilisé comme colorant (jaune) et porte le nom de E101. Elle résulte de la combinaison d'un ribitol et d'un hétérocycle azoté à 3 noyaux: isoalloxazine. Pour ceux qui ont fait un peu de biologie au lycée (du moins, à mon époque, on en parlait.. aujourd'hui, ... ) ils reconnaitront 2 dérivés de cette vitamine B2, ayant un rôle important dans l'activité biologique: le FMN et le FAD (ce dernier a été découvert en 1938 et les premiers cas de carences ont été détectés en 1941).

 

2/ Rôles

 

Ces 2 coenzymes flaviniques ont un rôle fondamental dans les réaction redox de type déshydrogénase, oxydase et monooxygénase.

Ces cofacteurs sont réellement indispensables au niveau cellulaire (chaîne respiratoire mitochondriale, catabolisme des acides gras, des acides aminés, des bases puriques, métabolisme des globules rouges...)

 

3/ Informations pratiques

 

  • La riboflavine est relativement stable mais craint particulièrement la lumière car elle subit alors une décomposition biochimique en divers composés comme la lumichrome ou la lumiflavine. Ceci explique pourquoi vous trouvez votre lait conditionner dans des emballages opaques pour éviter la scission photolytique du ribitol en lumiflavine qui donne ce goût particulier au lait et le rend impropre à la consommation.
  • Cette vitamine est très répandue dans la nature et la principale source est les produits laitiers: lait, fromages, yaourts. Mais une certaine quantité de cette B2 est synthétisée par notre flore colique ce qui fait que les carences en riboflavine sont assez marginales.
  • Les carences sont principalement rencontrées dans le cadre de polycarences où l'on constate alors une accumulation d'acides aminés, de désordres monocutanés et des symptômes oculaires qui sont le lot fréquent des alcooliques chroniques mais également des personnes âgées, des patients souffrant de divers troubles comme la malabsorption, l'hypothyroïdie, les hémodialysés et chez les végétaliens (= végétariens stricts)
  • A forte dose ( >400mg/j ), elle donne de bons résultats dans le traitement prophylactique de la migraine.

 

La vitamine B3 ou niacine ou vitamine PP

 

1/ Origine

 

Cette vitamine doit son nom de vitamine PP pour "Pellagre Préventive" ou encore niacine par rapport à l'acide nicotinique.

La pellagre est une infection de la peau décrite depuis le XVIIIème siècle. Ce mot vient de l'italien "pelle agro" qui signifie "peau rugueuse".

Dès 1912, on a soupçonné une cause nutritionnelle pour cette maladie mais ce n'est qu'en 1935 que l'acide nicotinique fut isolé et son effet curatif contre la pellagre démontré.

Là encore, les lycéens ayant fait un peu de biologie reconnaitront 2 dérivés particulièrement importants pour le métabolisme: Le NAD et le NADP.

 

2/ Rôles

 

Ces 2 coenzymes pyridiniques sont impliqués dans les réactions rédox de l'organisme et se retrouve dans la lipolyse, la glycolyse et le cycle de Krebs.

Elle a un rôle important dans la réparation de l'ADN et la mobilisation du calium.

 

3/ Informations pratiques

 

  • C'est une vitamine assez stable, autant à la chaleur que dans les milieux acide et alcalin, et les pertes que l'on rencontre lors des traitements industriels sont peu élevées.
  • Petite anecdote concernant le maïs qui possède un composé antiniacine spécifique. Ce sont des peptides qui lient la niacine de façon spécifique et diminuent ainsi sa biodisponibilité. En traitant le maïs par de l'eau de chaux, on hydrolyse ce lien. Au Mexique et dans toute l'Amérique latine, on utilise ce procédé pour préparer les tortillas et ainsi lutter contre la pellagre.
  • Les besoins humains varient de 6 à 20mg/j (fonction de l'âge et de l'état physiologique). Mais il faut noter que la vitamine PP est hépatotoxique à forte dose et qu'il faut donc surveiller les prises chez les femmes enceintes et allaitantes.
  • Comme signalé précédemment, toute carence en vitamine B3 engendre la pellagre, qui se manifeste par des désordres cutanés mais aussi gastrointestinaux, psychiques et hématologiques. Le tableau clinique peut se résumer par les 3D: Dermite, Diarrhée, Démence.
  • On rencontre ces carences chez les alcooliques chroniques et les personnes âgées ou encore, secondairement à la prise de médicaments ou en association à une carence en riboflavine.
  • L'acide nicotinique (et non pas la nicotinamide) a des indications comme hypolipémiant et vasodilatateur.

 

La vitamine B5 ou acide panthothénique

 

Pourquoi passer de la B3 à la B5... Où donc se cache la vitamine B4 ?? Hé bien, elle n'existe pas car on s'est sûrement rendu compte que ce n'était pas une vitamine ou que celle-ci avait déjà été isolée. Qu'importe, cela en réjouira certains et c'est bien là l'essentiel !! Mais revenons à la B5

 

1/ Origine

 

L'acide pantothénique a été isolé du complexe B comme facteur préventif de maladies de type pellagre.

En 1947, on l'a identifié comme un des composant du coenzyme A, puis en 1965, on a découvert une autre forme active: l'ACP (= Acyl Carrier Protein)

 

2/ Rôles

 

La vitamine B5 entre dans la composition de 2 dérivés qui fonctionnent comme transporteurs de groupe acyle pour former des liaisons riches en énergie.

Cette vitamine est fortement impliquée dans la synthèse des glucides, des acides gras et des stéroïdes.

 

3/ Informations pratiques

 

  • Cette vitamine est assez sensible à l'eau et à la chaleur mais les pertes dues au traitement culinaires dépassent rarement les 30%.
  • On la retrouve partout ( "panto" en grec signifie "présent partout"), dans les aliments d'origine animale ou végétale et abondamment dans la viande et les oeufs.
  • Cette vitamine omniprésente permet de considérer un risque de carence quasi nul. Cependant, pour un fonctionnement optimal, elle nécessite la présence de 2 acides aminés: la méthionine et la cystéine. Toute carence dans l'un de ces acide aminé induirait une carence et on observe alors des anomalies de synthèse du cholestérol et des corticostéroides.
  • A noter que le dexpanthénol est administré dans les détresses tissulaires.

 

La vitamine B6 ou pyridoxine ou vitamine G

 

1/ Origine

 

Cette vitamine fut découverte vers 1935. On la considère comme un facteur vitaminique regroupant 3 substances interconverties ayant comme base un noyau pyridine:

 - la pyridoxine

 - le pyridoxal

 - la pyridoxamine

 

2/ Rôles

 

Elle est utilisée comme coenzyme au niveau du métabolisme des acides aminés. Ce cofacteur favorise les réactions de transamination, déshydratation, transsulfuration, racémisation, décarboxylation...

 

3/Informations pratiques

 

  • La B6 est thermolabile et on observe à la cuisson des pertes pouvant atteindre 45% pour les viandes et de 20 à 30% pour les végétaux. Elle est également sensible à la lumière.
  • La pyridoxine est largement répandue dans les règnes animal et végétal et on la retrouve particulièrement dans les viandes, le poisson, le foie. Par contre, fruits et légumes en sont relativement pauvres.
  • Les besoins journaliers sont de 0,6 à 2,5mg.
  • Les carences en vitamine G sont importantes et concernent plus de 50% de la population (particulièrement les femmes) et surtout avec certains médicaments comme l'isoniazide, la dihydralazine, les contraceptifs oraux et la lévodopa. On observe des désordres mucocutanés, neuropsychiatriques et hématologiques
  • Attention au surdosage qui peut induire des troubles neurologiques et une perturbation de la mobilité
  • Utilisée avec l'isoniazide α, elle a une action contraceptive
  • En association avec la vitamine B1 et B12 contre les douleurs rhumatismales et neurologiques
  • Comme traitement adjuvant de polynévrites, crampes, paresthésies
  • Comme antiémétique lors de la grossesse et le mal des voyages

Mais pour ces 3 derniers cas, leur activité est contestable car nous ne disposons pas d'assez de données pour confirmer les effets.

 

La vitamine B8 ou biotine ou vitamine H

 

1/ Origine

 

En 1916, on découvrit la "maladie du blanc d'oeuf" chez des animaux qui consommaient beaucoup de blanc d'oeuf et qui contractaient alors des troubles neuromusculaires, cutanés et une chute des poils. On a pu prévenir cette maladie par la simple cuisson du blanc d'oeuf ou par adjonction de levure ou de foie de veau.

En 1931, on donne le nom de la vitamine H ( H = "haut" en allemand = peau ) à une molécule inconnue qui prévient cette maladie

On s'aperçoit, parallèlement à ces découvertes, qu'un des facteurs indispensables à la croissance des levures est la biotine. Puis on s'aperçut que c'était la même molécule. Elle a été isolée du complexe B et décrite seulement dans les années 70.

 

2/ Rôles

 

Il exite 4 enzymes de carboxylation dépendant de la biotine:

 - pyruvate carboxylase

 - acétyl CoA carboxylase

 - propionyl CoA carboxylase

 - βméthylcrotonyl CoA carboxylase

 

3/ Informations pratiques

 

  • La biotine résiste parfaitement aux traitements culinaires mais est inactivée par le blanc d'oeuf frais car elle se lie de façon spécifique à l'avidine ( = protéine du blanc d'oeuf frais ).
  • Elle se rencontre dans la plupart des tissus animaux et végétaux en faible quantité, particulièrement dans le foie, les rognons, le jaune d'oeuf, les produits laitiers, les viandes et certains fruits et légumes.
  • Les besoins varients de 50 à 300μg/j (selon l'âge)
  • Les carences sont très rares car l'organisme a la capacité de la recycler. On retrouve des carences seulement quand le patient est sous alimentation parentérale ou quand on consomme des blancs d'oeuf en grande quantité.
  • On utilise cette vitamine dans des troubles comme les affections séborrhéiques du nourrisson, la séborrhée de la face et du cuir chevelu et l'anomalie des phanères (ongles cassants, alopécies).

 

La vitamine B9 ou les folates

 

1/ Origine

 

Mise en évidence en 1935 dans le foie et les levures, on la désigne sous différents noms comme vitamine M ou Bc. On découvre quelques années plus tard que ce sont des dérivés très proches dont le substrat est l'acide folique, abondant dans les feuilles de certains végétaux, surtout les épinards. ces composés sont appelés folates ou vitamine B9. sa structure fut déterminée en 1945.

Son absence provoque une anémie et en 1976, on s'aperçoit qu'une carence en B9 pendant la grossesse peut causer une spina bifida (je reviendrai dessus dans la partie "infos pratiques")

 

2/ Rôles

 

Ce sont des coenzymes de ptéroprotéines impliquées dans le métabolisme des unités monocarbonées comme  le formyl, le formimino, le méthyl et l'hydroxyméthyl.

Ces coenzymes sont impliqués dans le métabolisme des acides aminés, la synthèse des protéines et des bases nucléiques et interviennent dans le métabolisme de la tyrosine, de l'acide ascorbique et de la vitamine B12.

 

3/ Informations pratiques

 

  • Les folates sont sensibles à la lumière, facilement oxydables et thermolabiles. La cuisson peut faire perdre jusqu'à 90% des folates.
  • On les trouve en quantité importante dans les feuilles de végétaux, particulièrement dans les légumes et les fruits frais, le pain, les céréales, les pommes de terre, les fromages fermentés, les pâtés, le foie, les farines complètes.
  • Les besoins varient de 50 à 500μg/j et les besoins alimentaires sont souvent insuffisants, surtout chez la femme enceinte.
  • Les carences chroniques se manifestent par des signes généraux comme l'asthénie, l'anorexie, des désordres neuropsychiatriques et hématologiques et les carences aigües iatrogènes se manifestent lors de la prise d'antifolique (méthotrexate)
  • Ces carences sont fréquentes chez les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes suivant un régime hypocalorique, déséquilibré ou monotone, les prématurés et les nouveaux nés, les patients ayant des maladies intestinales chroniques qui augmentent les besoins en folates, les alcooliques, les cancéreux, les patients traités par divers médicaments comme le méthotrexate, la triméthoprime, le triamtérène, la sulfasalazine, la phénytoïne, le phénobarbital ou les contraceptifs oraux.
  • Comme antidote de la carence en folate induite par un antifolique, on utilise l'acide folinique et son isomère actif l'acide lévofolinique.

 

Importance de la vitamine B9 dans la prévention de certaines maladies et déformations:

 

  1. La B9 est primordiale pour la méthylation de l'homocystéine en méthionine par la méthionine synthase. Cette synthase est un enzyme clé pour la production de myéline et requiert la B12 comme coenzyme. Donc si on a un défaut de synthèse de méthionine, on voit l'homocystéine s'accumuler. Cette homocystéine, agent causal dans les problèmes cardiovasculaires, est donc un bon marqueur, lorsqu'elle s'accumule, des risques cardiovasculaires.
  2. La spina bifida est une anomalie de fermeture du tube neural. Il semblerait qu'à un moment de la grossesse, la méthylation d'un gène soit nécessaire et si elle n'a pas lieu, apparait la malformation. L'incidence de la spina bifida est de 1 à 5/1000 naissances. En donnant un supplément de folates (0,4mg/j) dans les 3 premiers mois du développement foetal et en périconception (1 mois avant la naissance), on diminue l'incidence de plus de 70% .

 

La vitamine B12 ou les cobalamines ou le facteur extrinsèque

 

1/ Origine

 

- 1925: on met en évidence l'activité antianémique du foie de veau contre l'anémie pernicieuse de Biermer.

- 1928: on suggère que le principe antianémique était composé d'un facteur extrinsèque alimentaire et un facteur intrinsèque dans la muqueuse gastrique.

- 1948: on isole la cyanocobalamine à partir du foie et sa structure est établie en 1955, en plus de la découverte d'autres cobalamines.

 

Cette molécule est la plus complexe de toutes les vitamines. Elle ressemble à l'hème. Il en existe différents dérivés mais la forme biologiquement active est la 5' désoxyadénosine cobalamine.

 

2/ Rôles

 

- La vitamine B12 est coenzyme de réactions de transméthylation et d'isomérisation

- 3 enzymes humaines impliquent des coenzymes B12: la méthionine synthétase, la méthylmalonyl CoA mutase et la leucine mutase.

 

Les cobalamines interviennent dans le catabolisme des acides gras impairs et de certains acides aminés en rapport avec le folate.

 

3/ Informations pratiques

 

  • Stable en milieu acide, mais on constate de grandes pertes en milieu alcalin.
  • Le chauffage à ébullition du lait détruit complètement la B12.
  • La B12 est d'origine exclusivement animale (viande, poisson, jaune d'oeuf, lait, foie, fromages) et se présente sous forme de complexes protéiques.
  • Les besoins vont de 1 à 4μg/j et augmente pendant la grossesse.
  • Les déficiences sont exceptionnelles et ne se rencontre que chez les végétariens et les végétaliens, les personnes âgées, les alcooliques chroniques, les patients souffrant d'affections digestives. Pour ces derniers, le risque de carence vient d'une diminution de la synthèse et de la sécrétion du facteur intrinsèque.
  • Une carence va provoquer des désordres hématologiques (anémie macrocytaire), neuropsychiatriques et mucocutanés.

 

La vitamine C ou l'acide ascorbique

 

1/ Origine

 

Tout le monde a entendu parler du scorbut, que ce soit dans les livres d'histoire, les récits de marins ou de pirates... Cette maladie provoque une perte et un déchaussement des dents, une altération de l'hydroxylation de la proline et de la production de collagène. Les tissus deviennent friables et on observe des ruptures des petits vaisseaux.

Dès 1593, on sait que l'on peut prévenir la maladie par l'absorption de jus de citron, mais c'est seulement en 1928 que la vitamine C a été isolée et en 1930, sa structure est déterminée.

Seul l'isomère L est actif.

 

2/ Rôles

 

Son activité est liée à son potentiel d'interconversion réversible de sa forme réduite en sa forme oxydée.

L'acide ascorbique intervient dans diverses réactions comme la synthèse du collagène, des catécholamines, des réactions dépendantes du cytochrome P450, la synthèse des glucocorticoïdes et le métabolisme de l'acide folique.

Mais elle a aussi une activité antioxydante et inactive les radicaux libres, permet la régénération de la vitamine E, participe à la protection des fonctions pulmonaires et intervient dans le métabolisme du fer.

Il faut noter qu'à haute dose et en présence de fer dans les réactions inflammatoires, la vitamine C peut provoquer l'apparition de radicaux libres.

 

3/ Informations pratiques

 

  • L'acide ascorbique est sensible à la lumière et à l'humidité. Elle subit surtout des auto oxydations en présence de Fe3+ ou de Cu2+.
  • La vitamine C subit une dégradation enzymatique via l'acide ascorbique oxydase dont l'optimum d'activité se situe entre pH 5,5  et 6 et entre 15 et 30°C. Dans ces conditions, si on a des végétaux coupés, en quelques heures, on a une perte quasi totale de l'acide ascorbique qui se transforme en acide 2,3 dicétogulonique.
  • La vitamine C est très répandue, surtout parmi les végétaux. Les sources principales sont les fruits et légumes frais, les pommes de terre, le pain et les céréales.
  • Les besoins varient de 65 à 70mg/j mais sont accrus chez les femmes enceintes, allaitantes, les fumeurs et les gens stressés.
  • Les carences pourraient toucher près de 10% de la population et provoque le scorbut dont les signes sont des désordres généraux, ostéoarticulaires et mucocutanés.
  • A haute dose, on favorise la présence d'oxalate et donc la formation de calculs rénaux.

Les indications sont :

 

 - traditionnelles (mais contestées): états grippaux et rhumes banaux; antifatigue; favorise l'effort physique

 

 - médicales: cicatrisation des plaies et des fractures (par synthèse de collagène); traitement de la méthémoglobinémie, les carences en fer (car facilite sa résorption), protecteur contre certains cancers, des maladies cardiovasculaires.

 

Voilà pour ce qui concerne les vitamines hydrosolubles. Bien évidemment, je ne vous donne ici que les grandes lignes et des informations vérifiées et certaines. Dans le prochain article, j'aborderai la partie concernant les vitamines liposolubles. En attendant, bonne lecture et pour toute autre question, vous avez les commentaires ou passer faire un petit coucou à votre pharmacien qui répondra à toutes vos questions (si celles ci ont des réponses...).

Retour à l'accueil