DSC06203J'aurai aimé vous informer de ce nouvel exploit de Bleu Marine plus tôt, mais mes activités m'ont tenu trop loin de la toile; cependant, l'évènement encore frais dans le coeur de nos athlètes mérite d'être relaté.

Voici 2 semaines avait lieu le week end du National Grand Surprise et ces rencontres monotypes sont de celles qui se préparent longtemps à l'avance: la carène doit être affutée, le bateau tip top, les équipiers prêts à en découdre et surtout au poids limite de jauge, bref tout l'inverse de l'équipage boulonnais en manque de régates qui se décide 15 jours avant à rejoindre La Rochelle...

Comble de malchance, nous vous avions raconté comment Bleu Marine s'était lamentablement échoué sur les ruines d'un fort inconnu au bataillon mais bel et bien présent sur les cartes, encore faudrait il les sortir quand le soleil darde ses rayons et que Mimo ouvre son rhum vénézuélien...Retrouvez cette fortune de mer sur l'article: Islandais et Aventures boulonnaises.

Qu'importe, nos amis ont du coeur et le bateau est gruté. On repose du plomb, on restrate la quille, on ponce la carène, coup de bol c'est les vacances, chacun s'attache à perdre les 3 à 4 kgs qui menacent fortement notre participation (hé oui, un poids limite est imposé à la jauge). Et arrive enfin le grand jour !! 12 heures de route vers les Minimes attendent notre équipage et un Grand Surprise tracté sur une autoroute, ça vous impose. Arrivé à la Rochelle, le voilier est mis à l'eau et il est magnifique sous le soleil rouge de la Poitou Charente.

DSC06110

Les deux bretons complétant l'équipage arrivent le vendredi, on enfile les bières pour perdre les derniers grammes et oublier qu'on ne mangera pas avant la pesée. C'est une méthode bretonne bien plus efficace que le régime Duncan, mais tout aussi éphémère...
Tous sont prêts pour ce long week end guerrier. On retrouve notre couple habituel avec Eric Baillet et Marine Jegaden, les boulonnais Samuel Demonchy et François Ravin, les APOCiens Pascal Giannantoni et Yann Cadic ainsi qu' Edouard Héripret à ne pas confondre avec le Edward de Twilight.

1ère manche du samedi, ça gicle pas trop mal sur la ligne et l'équipage se classe second. Bleu Marine a la balle, surtout sous spi! La manche suivante est annulée par manque de vent à la descente, dommage nos marins étaient en tête à 600 mètres de la ligne...

Un côtier pénible dans le jus et la pétole nous fait raser les pile du pont de l'île de Ré, on limite la casse et on pointe 3ème au général de la 1ère journée. Pour des gars qui n'avaient pas navigué depuis quelques temps, c'est une chouette performance pour un échauffement.

Retour au camp de base, la pompe à bière est à poste et Marine gère l'alimentation solide de main de maître. Dimanche, pas d'air, retard puis sortie sur l'eau dans l'après-midi mais Eole est aux abonnés absents et le soleil chauffe l'atmosphère amenant le thermomètre à un joli 26°C. Pour un  mois de novembre, c'est pas mal. Profitons en pour remercier tous les pollueurs qui autorisent ce réchauffement climatique !! Le we se déroule paisiblement et on prend son mal en patience en priant les dieux de nous offrir notre "anémoteur".

DSC06154

Après une nuit reposante, l'équipage est bouillant pour attaquer le parcours tactique de ce lundi matin, d'autant que ce type de tracé réussit plutôt bien aux bretons-boulonnais. Et c'est parti pour le côtier Fort Boyard et cette fois ci le fort ne sera pas immergé !! quelle chance !! Le départ est donné et Bleu Marine passe en 4ème position à la bouée de dégagement mais le poids de l'équipage permet de reprendre deux bateaux sous spi à la bouée suivante et c'est parti pour deux heures de louvoyage où objectivement on tricote à l'envers en regardant passer la flotte à droite et à gauche... Mais il se fait tard, et les feux de navigation doivent être allumés. Le fil vert sur le bouton bleu et .... merde il n'y a que 2 fils noirs et 2 fils qui pendouillent !! Un essai puis un autre et un autre encore.... toujours rien !! Bleu Marine risque la disqualification alors on branche les 4 fils ensemble et miracle, ça marche... Eric, fort de sa prouesse, ressort tout content et là, surprise: Fort Boyard est dans la proue du voilier.... et il n'y a que le fort... rien d'autre... YiiiHaaaaa, l'équipage est en tête !!!!

Crayon rase le fort, c'est franc au pied, et bien entendu un volontaire plonge pour chercher la clef....il n'est pas à l'Apoc pour rien... Pas le temps de saluer le père Fouras on empanne et ça glisse sous spi en compagnie d'un deuxième Grand Surprise qui ne nous lâchera pas jusqu'à l'arrivée, 10 miles plus loin... Il fait nuit noire grâce à Giscard et cette vilaine cardinale synonyme d'arrivée ne veut pas s'allumer... Maxsea time zero nous guide droit dessus, une longueur devant notre concurrent direct, on masque la cardinale et François le naufrageur joue du briquet pour perturber l'adversaire... Feu d'artifice pour notre arrivée après un ultime empannage très tactique et retour au port victorieux, on est 2 au général à 2 points du premier!!! Champagne!!!

Dernière journée, l'équipage est unanime, Il faut jouer la gagne alors pas de petits bras pour rester sur le podium. Mais manque de chance, Bleu Marine n'a pas la vitesse ce matin là et malgré un super départ au vent des concurrents, le barreur et les régleurs ne parviennent pas à donner la puissance optimale dans ce petit vent et on se dit que la prochaine manche sera meilleure. Mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas et le vent continuant de s'apaiser, les organisateurs décident d'annuler la dernière manche laissant notre équipage au pied du podium à 4 points du 1er !!

DSC06200
Malgré tout, ce we est chargé de merveilleux souvenirs et tous ont le sourire avant de regagner leur port d'attache. Bleu Marine remonte sur sa remorque et déjà, on rêve de la prochaine!!

Dans l'album photos "National Grand Surprise", retrouvez nos protagonistes au cours de ce week end de folie.
Retour à l'accueil