SunflowerBien, je ne suis pas satisfait du travail qui a été accompli. Les articles concernant cette systématique sont trop longs et je les trouve peu clairs, ce qui n'est pas le but ici, puisque la systématique étant déjà complexe, je ne suis pas là pour vous égarer encore plus. Cependant, vous êtes nombreux à me poser des questions et à attendre la fin de cette classification, donc je vous mets toutes les clés des clades, histoire de vous donner un support. De mon côté, et en fonction de mon emploi du temps, je peaufine sous cette forme et j'espère le plus vite possible pouvoir vous proposer une mouture beaucoup plus fine et bien plus claire, avec sections de ces 4 articles en sous sections, balises et autres afin de vous offrir un support référent.

 

 

Ce chapitre aborde la dernière partie, à savoir la classe des Eudicotylédones qui compte 3 sous-classes: les eudicotylédones archaïques, les rosidae et les asteridae. Embarquons nous pour cette visite buccolique.

 

Tout d'abord quelques généralités. La classe des Eudicots rassemble les plantes à fleurs pourvues de 2 cotylédons et d'un pollen à 3 apertures. Cette classe regroupe 182000 espèces et est la classe la plus diversifiée des plantes à fleurs.

 

Appareil végétatif:

 

  • La racine principale n'avorte pas et s'allonge fréquemment en une racine principale pivotante pourvue de nombreuses racines latérales.
  • La tige, le plus souvent ramifiée, peut devenir arborescente grâce au fonctionnement des méristèmes secondaires, donnant de vrais troncs. Ces troncs sont limités par une couche de liège, isotherme et protecteur pour le végétal.
  • Les formes arborescentes sont analogues à celles des paléodicots mais le bois des eudicots est plus évolué avec un xylème constitué de vaisseaux et non de trachéides.
  • Chez les eudicots, la forme herbacée n'est pas signe de caractère primitif mais bien d'évolution. la grande famille des herbacées dérive d'ancêtres de type ligneux. La forme herbe au cycle végétatif court, annuel, a pour conséquence une maturité sexuelle plus rapide, permettant une reproduction accélérée de l'espèce et par la suite un brassage des combinaisons géniques favorables à la création de variétés ou même d'espèces nouvelles. Par ailleurs, les herbes des régions tempérées ne bénéficient pas des conditions constamment favorables des régions tropicales et doivent s'adapter à des conditions variables qui elles aussi concourent à l'apparition des dispositifs adaptatifs évolués.

 

Appareil reproducteur:

 

  •  La pentamérisation est la fusion de 2 cycles trimères en une courte hélice dont les pièces ont une préfloraison quinconciale. Le passage du périanthe trimère au périanthe pentamère se fait par soudure d'un sépale externe avec un autre sépale externe. La coexistence de cycles trimère et pentamère au niveau de la corolle est le témoin du mécanisme de la pentamérisation, existant chez les Ranunculaceae, les Polygonaceae et les Hypericaceae. Il arrive parfois qu'on rencontre un phénomène de réduction amenant à des fleurs tétramères.
  • L'apparition des pétales, pièces colorées à rôle d'affichage vis à vis des insectes, se distinguent nettement des sépales qui correspondent à des bractées vertes peu transformées.
  • La cyclisation des pièces florales: La fleur se stabilise le plus souvent à 5 cycles, mais chez les eudicots les plus évoluées, on ne trouve plus que 4 cycles par disparition d'un verticille d'étamines.
  • Les bractéoles groupées par 2: Chez les eudicots, les fleurs sont accompagnées de 2 bractéoles protectrices latérales disposées sur le pédicelle à la base de la fleur. Chez les Paléodicots et les Monocots, il n'y a jamais qu'une seule bractéole isolée à la base de la fleur.
  • 

Clé des 3 sous classes

 

1. Eudicots présentant des caractères primitifs, soit à fleur apétale ou trimère ou spiralée, soit à fleur encore à carpelles libres: Sous classes des eudicots archaïques

1. Eudicots évoluées, à fleurs dichlamydées nettement tétra-pentamères, le plus souvent à carpelles soudés.

   2. Eudicots moyennement évoluées à fleurs dialypétales: Sous classe des Rosidae

   2. Eudicots très évoluées à fleurs sympétales: Sous classe des Asteridae

 




La sous-classe des Eudicots Archaïques

 

Chez les eudicots archaïques, représentées par 25000 espèces, on retrouve des espèces encore proches de l'ancêtre angiospermien comme l'atteste les fleurs apétales souvent trimères et à carpelles indépendants.

On retouvera donc dans cette sous classe des eudicots archaïques: les paléoeudicots comprenant les ranunculales et les protéales, ainsi que les buxaceae (non associé à un ordre) et les préeudicots comprenant,  les Santalales, les Caryophyllales et les Saxifragales ainsi que les Dilleniaceae (non associé à un ordre)

 

Clé des ordres des Paléoeudicots

 

1. Fleurs bien individualisées, homoïo ou hétérochlamydées; plantes herbacées: Les ranunculales

1. Fleurs haplochlamydés, pseudanthiales; plantes souvent ligneuses

   2. Carpelles libres: les Protéales

   2. Carpelles soudés: les buxaceae

 

Attaquons par le plus simple et voyons la complexité s'afficher au fil de l'évolution.

 

       -   Les Buxaceae regroupent 4 genres et 70 espèces. Ce sont des arbustes sempervirens, sans latex, à capsule loculicide. On retrouve Buxus sempervirens (buis), arbuste monoïque d'Europe méridionale. Les feuilles et l'écorce renferme un alcaloïde (la buxine) utilisé comme antirhumatismal en pharmacopée traditionnelle et en homéopathie. Les autres familles non incluses dans un ordre sont: Sabiaceae, Trochodendraceae

 

       -   Les Ranunculales sont des plantes herbacées, rarement arbustives; les feuilles sont divisées ou lobées; l'androcée polystémone ou diplostémone trimère, le gynécée à carpelles nombreux et libres monocarpellaires et on a la présence d'alcaloïdes benzilisoquinoléiques.

 

Clé des Ranunculales

 

1. Carpelles libres

   2. Herbes pentamères: ranunculaceae

   2. Lianes, arbustes ou herbes à fleurs totalement cycliques trimères, le périanthe a 4 verticilles:

      3. Fleurs hermaphrodites, G1, anthères à clapet, arbrisseau ou herbe: Berberidaceae

      3. Fleurs hermaphrodites ou sexuées, G3-12, anthères à déhiscence longitudinale, souvent lianes: Menispermaceae

1. Herbes à fleurs gamocarpellaires, dichlamydées, dialypétales superovariées, à placentation pariétale et formule florale +/- dimère

   2. Fleur X, A infini, latex: Papaveraceae

   2. Fleur%, A2+2, pas de latex: Fumariaceae

 

 

      -    Les Protéales

 

Clé des Protéales

 

1. Plantes aquatiques à rhizome immergé; réceptacle élargi avec les carpelles individuels enfoncés dans son sommet aplati; fruits (=noix) enfoncés dans le réceptacle accrescent et spongieux: Nelumbonaceae

1. Plantes terrestres; réceptacle non élargi, carpelles libres non enfoncés, fruits de type akènes ou follicules

   2. Périanthe très visible, pétaloïde et plantes zoogames : Proteaceae

   2. Périanthe minuscule; plantes anémogames: Platanaceae

 


Clé des ordres des Préeudicots

 

1. Carpelles libres ou seulement soudés à la base, pistil avec stylodes

   2. Lianes ou arbres, périanthe spiralé ou spiralocyclique; le calice entoure parfois complètement le fruit à maturité; androcée polystémone à maturation centrifuge:  Dilleniaceae

   2. Herbes ou arbustes; fleurs verticillées, tétra ou pentamères; androcée iso ou obdiplostémone:  Saxifragales

1. Carpelles soudés avec styles filiformes

   2. Un ou plusieurs ovules campylotropes à placentation centrale ou basale ou un seul ovule orhotrope: Caryophyllales

   2. Ovules imparfaits, atégumentés; arbres ou hémiparasite, parfois gamopétales: Santalales

   

Les préeudicots présente un véritable complexe taxonomique. Concernant les caractères généraux, les eudicotyledonae ont une position systématique encore peu claire et qui présentent des caractères originaux coexistant avec des caractères archaïques et des caractères évolués. Les préeudicots semblent être caractérisés par des fleurs pentamères. Bien qu'il y ait des exceptions, les fleurs pentamères sont communes dans les Préeudicots et rares dans les Paléoeudicots où les fleurs trimères, tétramères ou polymères sont plus communes. A côté des caractères spécifiques à ce groupe comme les embryons courbes ou les ovules imparfaits, la placentation centrale ou basale et l'hétérotrophie, on y rencontre une survivance des caractères primitifs, tels que les carpelles libres ou soudés seulement à la base et prolongés par des stylodes et l'apparition de caractères évolués comme l'hétérochlamydie, la gamopétalie et la gamocarpellie.

 

Clé des Caryophyllales

 

1. Carpelles libres ou un seul carpelle: Phytolaccaceae

1. Carpelles soudés

   2. Présence d'ochréas (stipules soudés en manchon); fleurs monochlamydées soit PK ou PC: Polygonaceae

   2. Pasd'ochréas; fleurs mono ou dichlamydées

      3. Fleurs dichlamydées avec C(n), gynécée infere: Plumbaginaceae

      3. Fleurs dichlamydées avec pétales libres ou le plus souvent fleurs monochlamydées

         4. C infini, A inifini, G supere; tiges crassulentes, placentation pariétale: Cactaceae

         4. Cn ou C0; An+n ou An, G infere

            5. Fleurs monochlamydées, An

               6. PK; fleurs monochlamydées sépaloïdiennes: Chenopodiaceae

               6. PC; fleurs monochlamydées pétaloïdiennes à tépales scarieux (donnant des fleurs "immortelles") : Amaranthaceae

            5. Fleurs dichlamydées K5, C5

               6. Placentation centrale typique; An+n: Caryophyllaceae

               6. Placentation pariétale, androcée haplostémone, plantes carnivores avec feuilles couvertes de poils glanduleux: Droseraceae

 

 

 

Clé des saxifragales

 

1. Androcée polystémone: paeoniaceae

1. Androcée haplo ou diplostémone

   2. Plantes grasses à feuilles crassulentes, A5+5 ou A5, Ginfere5 à infini: Crassulaceae

   2. Plantes non crassulentes

      3. Carpelles libres ou sublibres, G intermédiaire ou G supere

         4. Herbes à feuilles alternes, souvent en rosette: saxifragaceae

         4. Arbustes: Hamamelidaceae

      3. Carpelles soudés, placentation pariétale, baie, G super avec hypanthium, A4-5: Grossulariaceae (= ribesiaceae)

 



La sous classe des Rosidae

 

Les clades des rosidae sont des eudicots supérieures dialypétales, à fleurs cycliques, hétérochlamydes, (tétra)pentamères, à ovule bitégumenté et crassinucellé.

  • Les stipules sont souvent présents
  • Le périanthe est toujours dialypétale, toujours cyclique, souvent pentamère, rarement tétramère (brassicales)
  • L'androcée est en 2 rangs, parfois infini par méristémonie (division à partir d'un nombre fini), à maturation présentant une séquence centripète.
  • Le gynécée dialycarpellaire chez les ordres primitifs, devenant gamocarpellaire chez les ordres évolués
  • La placentation souvent axillaire mais aussi pariétale (Brassicales, malpighialespp, grossulariaceae, cucurbitales)
  • souvent 1 ou 2 ovules par loges (sauf pour quelques familles de myrtales
  • Réceptacle concave, souvent avec formation d'hypanthium (fleur périgyne ou épigyne) ou encore réceptacle plan ou convexe (fleur hypogyne), souvent pourvu d'un disque
  • Endosperme habituellement absent ou peu abondant
  • D'un point de vue chimique, ces plantes sont souvent tannifères, parfois avec iridoïdes, jamais de bétalaïne et présence de myrosine (huile moutarde) chez les brassicales.

La sous classe des rosidae comprend 18 ordres, 127 familles et plus de 90000 espèces. c'est la plus grande sous classe des angiospermes en terme de nombre de familles et de nombre d'espèces

 

Clé des clades des rosidae:

 

1. Fleurs périgynes ou épigynes à feuilles simples souvent opposées ou rarement hypogynes, euanthiales, sans dispositif floral nectarifère : Rosidae archaïques

1. Fleurs généralement hypogyne

   2. Fleurs dialycarpellaires ou gamocarpellaires présentant souvent des réductions florales et des structures pseudanthéliales avec feuilles généralement découpées ou composées ou encore ne présentant pas de réduction florale et alors à discifères ou glandulifères, avec feuilles généralement simples et entières: Eurosidae I

   2. Fleurs gamocarpellaires ne présentant pas de réduction florale mais bien des fleurs discifères ou glandulifères, ces caractères étant toujours associés à des feuilles souvent composées ou découpées: Eurosidae II

 

 


Clé des ordres des rosidae archaïques

 

1. Fleur hypogyne, feuilles alternes

   2. Androcée haplostémone: Vitaceae

   2. Androcée diplostémone: Géraniales

1. Fleurs périgyne ou épigynes avec hypanthium, feuilles opposées, androcée diplo ou polystémone: Myrtales

 


Clé des ordres des eurosidae I

 

1. Fleurs dialycarpellaires

   2. Un seul carpelle, fruit de type gousse (à déhiscence septicide et loculicide), fleurs parfaites (euanthe), souvent zygomorphes et papillonacées, feuilles composées: Fabales

   2. Plusieurs carpelles libres ou rarement un seul carpelle mais alors associé à des fruits de type follicule, akène, drupe (et jamais gousse), euanthe et parfois pseudanthe (fleurs réduites, regroupées en inflorescence compacte): Rosales

 1. Fleurs gamocarpellaires

   2. Fleurs épigynes, unisexuées

      3. Fleurs haplo ou achlamydées, arbres, toujours pseudanthes (châton): Fagales

      3. Fleurs hétérochlamydées, plantes herbacées, toujours euanthes à grandes fleurs souvent solitaires: Cucurbitales

   2. Fleurs toujours hypogynes, bisexuées (hermaphrodites)

      3. Feuilles simples

         4. Feuilles souvent alternes, fleurs parfaites au moins diplo ou obdiplostémones ou alors fleurs réduites. Glandes ou disque nectarifère discret ou absent: Malpighiales

         4. Feuilles souvent opposées, fleurs parfaites iso ou méiostémones, disque très épais: Célastrales

      3. Feuilles composées

         4. Feuilles trifoliolées ou pennées, pas de disque, 5 styles: Oxalidales

         4. Feuilles paripennées, disque intrastaminal, 1 style: Zygophyllaceae

 


Clé des ordres des eurosidae II

 

Les eurosidae II sont un groupe naturel des rosidae hypogynes, gamocarpellées dont la synapomorphie morphologique la plus discriminante est la feuille composée ou découpée

 

1. Placentation pariétale, souvent tétramérie, présence de cellules à myrosinases et production de glucosinolates: Brassicales

1. Placentation axile, pentamérie, absence de glucosinolates

   2. Fleurs non discifères, étamines nombreuses arrangées en faisceaux, souvent soudées entre elles par les filets, feuilles palmatilobées ou composées digitées, poils stellés; présence de cellules, de cavités ou canaux à mucilage, préfloraison corollienne tordue: Malvales

   2. Fleurs avec disque nectarifère bien développé, étamines 10 au maximum en 2 cycles, libres ou soudées seulement par la base : Sapindales

 



 

La sous classe des Asteridae

 

Ce sont des eudicots supérieurs le plus souvent gamopétales à fleurs cycliques, hétérochlamydés, à ovule unitégumenté et ténuinucellé. Sont regroupés dans cette sous classe les taxons gamopétales et quelques exceptions dialypétales. Les études moléculaires montrent que les Cornales, lignée soeur des Rosidae s'en différencient par l'association gamopétalie-ovule unitégumenté et ténuinucellé. Les taxons astéridiens dialypétales (Ericales pp cornales) sont en situation basale, c'est à dire relativement primitive.

Répartition des ordres en fonction des niveaux didactiques:

  • Périanthe souvent gamopétale, toujours cyclique, tétra-pentamère
  • Androcée isostémone, An+0 alternipétales ou même A<n, fleur tétracyclique
  • Le plus souvent G(2), rarement G(3-5)
  • Placentation le plus souvent axillaire, rarement centrale ou pariétale
  • Caractères chimiques: plantes sont rarement tannifères, avec iridoïdes, sans myrosine et sans bétalaïne.

Plus que dans tout autre clade, les taxons y ont développé des moyens très spécialisés de présenter le pollen aux insectes. Dans la lutte continuelle entre les plantes et leurs prédateurs, les Asteridae ont abandonné les moyens traditionnels des tanins, saponines et dérivés cyanogénétiques au profit d'armes chimiques nouvelles souvent complexes: les iridoïdes (hétérosides chromogéniques) et de nombreux alcaloïdes. La gamme des produits à intérêt pharmacodynamique y est de loin la plus importante par rapport aux autres sous classes. Les familles les plus remarquables à ce point de vue sont les Apocynaceae, Solanaceae, Lamiaceae et Asteraceae

Les clades des asteridae comprennent 10 ordres,103 familles et 67000 espèces.

 

 

Clé des clades des Asteridae

 

1. Fleurs souvent hypogynes, polystémones ou obhaplostémones, parfois encore dialypétales, souvent gamopétales pentacycliques isocarpellatées: Asteridae archaïque

1. Fleurs épigynes ou hypogynes mais alors à fleurs haplostémones ou oligostémones souvent gamopétales tétracycliques bicarpellatées

   2. Synpétalie tardive, pétales se formant d'abord séparés puis se soudant pour former le tube de la corolle; clade constitué de plantes ligneuses ou herbacées, surtout à ovaire supère: Euasteridae I

   2. Synpétalie précoce, la base des pétales formant d'emblée un tube, à l'exception des Apiacées où le tube reste virtuel; clade essentiellement constitué d'espèces herbacées à ovaire infère: Euasteridae II

 


Clé des ordres des Asteridae archaïques

 

1. Ovaire infère ou semi infère, fleurs toujours dialypétales: Cornales

1. Ovaire supère, pétales libres ou soudé: Ericales

 

- Cornales: on trouve 2 familles: Hydrangeaceae et Cornaceae

- Ericales: on trouve 10 familles: Theaceae, Actinidiaceae, Ericaceae, Monotropaceae, Pyrolaceae, Ebenaceae, Sapotaceae, Styracaceae, Primulaceae, Polemoniaceae.


Clé des ordres des Euasteridae I

 

1. Corolle généralement actinomorphe, en entonnoir; préfloraison tordue; fleurs isostémones

   2. Feuilles opposées: Gentianales

   2. Feuilles alternes

      3. Cyme scorpioïde unipare, style gynobasique et tétranucule, poils scabres: Boraginaceae

      3. Pas de cyme scorpioïde unipare, style terminal et fruit non schizocarpé, pas de poils scabres: Solanales

1. Corolle généralement zygomorphe; Fleurs iso ou méiostémones (4 ou 2 étamines); Etamines parfois didynames: Lamiales

 

Parmi ces 5 ordres, on aura:

 

- Boraginaceae

- Garryales comprenant 1 famille: garryaceae

- Gentianales comprenant 5 familles: Loganiaceae, Gentianaceae, Apocynaceae, Asclepiadaceae, Rubiaceae

- Lamiales comprend 7 familles Oleaceae, Scrophulariaceae, Buddlejaceae, Pedaliaceae, Plantaginaceae, Verbenaceae, Lamiaceae

- Solanales comprend 2 familles: Solanaceae, Convolvulaceae


Clé des ordres des Euasteridae II

 

1. Fleurs hypogynes, unisexuées: Aquifoliales

1. Fleurs épigynes

   2. Fleurs dialypétales, umbelliflores, stylopode: Apiales

   2. Fleurs gamopétales

      3. Anthères libres; paucistémonie (= oligostémonie); corolle parfois éperonnée: Dipsacales

      3. Synanthérie; isostémonie; corolle actino ou zygomorphe mais non éperonnée: Astérales

 

Parmi ces 4 ordres, on trouve:

 

- Aquifoliales comprend 1 famille Aquifoliaceae

- Apiales comprend 2 familles: Araliaceae, Apiaceae

- Dipsacales comprend 3 familles: Caprifoliaceae, Valerianaceae, Dipsacaceae

- Asterales comprend 3 familles également: Campanulaceae, Lobeliaceae, Asteraceae

 

   

Et voilà, l'aventure botanique s'achève ici, enfin, pas complètement puisqu'en Aout, je vous aiderai à préparer vos sorties pour la cueillette des champignons.  Comme je l'ai signalé dans l'introduction de ce dernier volet, je vais retoucher ces articles dès que mon emploi du temps me le permettra car je ne suis pas satisfait du travail accompli. Sans compter le fait que tout ceci reste très théorique et j'aimerai que cette partie botanique soit un peu plus didactique et j'apporterai, au moins pour chaque famille, car pour chaque espèce le travail serait bien trop long, quelques photos de façon à vous aider à comprendre par l'observation les différences au sein des familles.

 

En attendant la mise en forme définitive, j'espère que vous trouverez à travers ces généralités ( mes connaissances ne sont pas infinies pour vous offrir qqchose de plus complet) de quoi satisfaire votre curiosité, impressionner votre entourage en reconnaissant les plantes lors de vos balades, ou simplement une référence lors de vos recherches diverses.

@ très bientôt

Retour à l'accueil